Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 17:02

15 Août 07- Goukouni a reçu mandat de Deby pour lui rallier le maximum d'opposants (Interview)

Tchad-info : Koulamallah Abdelaziz bonjour. En prélude à une rencontre qui devait se tenir à Libreville, avez-vous été informé ou contacté en vue d’y aller prendre part, vous qui êtes secrétaire général de l’ACT et de surcroît membre de la CNT?
Abdelaziz Koulamallah : Non je n'ai pas été contacté.

Tchad-info : Savez-vous pourquoi?
Abdelaziz Koulamallah : Vous savez Goukouni et son entourage recherchent des personnes susceptibles de les suivre dans leur ralliement et comme ils connaissent ma position ils n'ont pas jugé utile de m'en parler.

Tchad-info : A votre avis, qu'est ce qui se passe à Libreville?
Abdelaziz Koulamallah : Honnêtement je ne sais pas mais il parait que l'ancien président Goukouni a reçu mandat de Deby pour lui rallier le maximum des opposants tchadiens.

Tchad-info : Selon vous tous ceux qui sont partis sont ceux qui sont fatigués et à cet effet seraient partis signer leur reddition?
Abdelaziz Koulamallah : Pas tous, parmi eux, j'en connais certains qui sont partis pour prendre Goukourni dans son propre jeu c'est-à-dire lui dire que la vieille politique qui n'a pas fonctionné en 1981 ne pourra fonctionner en l'an 2007. Il faut qu'il s'adapte à la réalité de l'heure.

Tchad-info : Pensez-vous qu'il y ait de pots de vin autour cette randonnée?
Abdelaziz Koulamallah : Le côté argent ne m'intéresse pas. Si certaines personnes font de la mort et les malheurs des tchadiens un fonds de commerce je les laisse devant leur conscience. Moi ce qui m'intéresse et que je critique c'est l'acte politique qu'ils posent.

Tchad-info : Un de vos parents s’y implique bec et ongles. Lui non plus ne vous en pas informée ?
Abdelaziz Koulamallah : Vous parlez de Youssouf Abakar j'imagine. Effectivement c'est un grand frère avec qui nous nous voyons souvent quand je suis de passage à Paris. Nous nous sommes vus dans un café à Paris quelques jours avant qu’il ne s’envole pour le Gabon. Mais il ne m'a rien dit à ce sujet.

Tchad-info : Trouvez-vous dans le comportement de votre parent un signe d'ingratitude à votre égard?
Abdelaziz Koulamallah : Je ne le pense pas. S'il ne m'en a pas parlée c'est parce qu'il me connaît suffisamment bien pour ne pas chercher à m'associer à un projet de ralliement à Déby sans conditions. C'est ce qui est entrain de se tramer là-bas même si Goukouni tente de dissimuler la vérité.

Tchad-info : Trouvez-vous normales les conditions dans lesquelles les concertations ont été menées pour aboutir à cette rencontre ?
Abdelaziz Koulamallah : Quand on sait l'intention réelle des organisateurs de cette rencontre c'est normale que tout se passe en catimini.

Tchad-info : Ne pensez-vous pas que c’est parce qu’ils ont des doutes sur votre poids politique qu’ils n’ont pas jugé utile de vous y impliquer ?
Abdelaziz Koulamallah : (Rires). Vous avez raison. Les hommes et femmes politiques de la vieille école confondent être tristement populaire et un poids politique qui se mesure sur le terrain au plan national. J'aimerais bien les rencontrer dans un Tchad véritablement démocratique où les urnes diront qui représente quoi.

Tchad-info : La CNT a-t-elle été contactée?
Abdelaziz Koulamallah : La CNT est un regroupement dont notre organisation fait parti, mais je ne suis pas au courant de se qui se passe en son sein. D'ailleurs à ce sujet nous avions tenu une assemblée générale pour arrêter certaines recommandations. Selon ces recommandations, nous devrons surseoire à notre participation en tant que membre de la CNT. En principe je ne devrais pas en parler avant de saisir officiellement la CNT. Comme vous me poser la question, je vous le dis quand même.

Tchad-info : Vous préconisez vous-retirer de la CNT?
Abdelaziz Koulamallah : Pas tout a fait, nous suspendons seulement notre participation le temps de nous entendre avec le bureau exécutif sur certains principes qui nous sont chers. C'est seulement quand nous constaterons qu'aucun compromis n'est possible que nous allons tirer notre révérence et prendre attache avec d'autres regroupements afin de continuer la lutte.

Tchad-info : Les Tchadiens vous croient à l'heure qu'il est au front comme vous l'annonciez quelques mois plus tôt, à l'occasion de l'interview que vous nous aviez accordée. Avez-vous annulé votre voyage à l'Est du Tchad ? Si oui pourquoi ? Si non envisageriez-vous toujours vous y rendre ?
Abdelaziz Koulamallah : Je n'ai pas annulé mon voyage sauf que ces derniers temps la situation politico-militaire et les aléas de la nature ne favorisent pas qu'on s'y rende. En plus de cela il y a certains leaders des politico-militaires qui font de pieds et de mains pour nous en empêcher. Donc il ne faut pas penser que va au front qui veut.

Tchad-info : Brahim Déby, le fils du chef de l’Etat tchadien dont vous combattez le régime, a été assassiné à Paris. Vous, en tant qu’opposant au régime de son père, quelle a été votre réaction à l’annonce de la nouvelle ?
Abdelaziz Koulamallah : Vous savez, de par mon éducation islamique et familiale je ne peux que condamner un tel acte de barbarie et souhaiter au défunt que son âme repose en paix. Brahim Déby était ce que son père voulez qu'il soit. Comme vous le savez autant que moi, chaque jeune a tendance à faire des bêtises s'il n'est pas interpellé par ses parents ou par des personnes plus âgées que lui, surtout s'il était gâté par la vie et c'était le cas du défunt. J'ai lu et entendu ici et là des gens dire que Brahim doit payer ce que lui et son père ont fait aux Tchadiens. pour autant je condamne les actes barbares posés par Déby et son fils pour autant je condamne ce qui est arrivé à Brahim. J'ai une autre raison de condamner l'assassinat de Brahim Déby. Quand j'ai été informé de son assassinat la première image qui m'est venue en ce moment précis ce n'étais pas Brahim le fils de Idriss Déby mais brahim le jeune qui par deux fois a traversé l'Agora de l'université d'Ottawa pour venir me saluer respectueusement avant de continuer son chemin pourtant nous n'avons aucun contact auparavant.

Tchad-info : Koulamallah Abdelaziz, merci.
Abdelaziz Koulamallah : C'est moi qui vous remercie.


Propos recueillis par M. A. KEBIR

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans DIALOGUE NATIONAL
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES