Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 16:01
La mort au Cabinet de J. Kabila: Un suspect indexé
(L'Avenir Quotidien 20/08/2007)


* Après Samba Kaputo le 1er août, Gaston Nawej Kato’k vient d’augmenter le nombre des proches collaborateurs du Chef de l’Etat morts au cours de ce mois. * Ces décès qui ont fini par réveiller la suspicion dans l’opinion publique seraient en rapport avec un dossier extrêmement sensible qui serait traité dans ce Cabinet et qui fait des vagues. * Et le suspect est vite trouvé et assimilé à un poison dans un raisonnement purement bantou qui refuse d’accepter la mort naturelle…


La cour du chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange se vide. Depuis le début de ce mois d’août, la mort semble s’installer au Cabinet du président privant celui-ci des éléments de grande valeur sur lesquels il comptait poursuivre son mandat et réaliser son programme sur les cinq chantiers. Au premier jour du mois déjà, le Conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité, le professeur Guillaume Samba Kaputo rendait l’âme, et quelque deux semaines plus tard, c’est le tour de son collègue Conseiller Principal chargé des Questions administratives et juridiques Gaston Nawej Kato’k qui le rejoignait. Ce dernier est décédé samedi le 18 août 2007 en Afrique du Sud, selon le communiqué de la présidence de la République parvenu à notre rédaction. Ce document précise en plus que la dépouille mortelle du disparu sera rapatriée à Kinshasa et qu’en attendant ce mouvement, et la publication du programme officiel des funérailles, le recueillement se fait à la résidence du défunt au Quartier Royal dans la commune de la Gombe. Le cycle des disparitions qui semble élire domicile au cabinet de Joseph Kabila est si inquiétant que l’on est en droit de se demander à qui le prochain tour. L’entourage du président de la République qui est à priori le cercle sur lequel pèsent de prime à bord des soupçons doit prendre des dispositions qui s’imposent afin de se sécuriser contre le mal qui rôde autour, à en croire certaines sources. Ces dernières sont d’avis que les cas de morts et maladies qui affectent actuellement ce milieu n’est pas le fait du hasard.

Le suspect

Au propre comme au figuré, le mal qui décime les rangs du personnel de la présidence de la République est un poison qui serait activé à la suite de quelques dossiers très sensibles que le Cabinet serait en train de traiter actuellement. Comme par ironie du sort ou malheureux concours de circonstances, les dossiers en question ont des ramifications sur la situation sécuritaire à l’Est du pays, et les avis des natifs de cette partie du pays sont suivis et analysés à la loupe par des taupes infiltrés. Ces agents à la solde de certaines puissances obscures font ensuite rapport à celles-ci qui n’hésitent pas de procéder à l’élimination physiquement des personnalités qui voguent contre ce courant. C’est du moins la rumeur persistante qui a couru le lendemain de la disparition du professeur Guillaume Samba Kaputo et qui tend à se vérifier avec la mort de Gaston Nawej aujourd’hui. Si pour le second, la thèse de l’empoisonnement n’est pas encore profondément ancrée dans l’opinion publique, d’autres informations sont par contre catégoriques quant à la cause du décès de Samba Kaputo. Des sources qui s’appuient sur les révélations de l’interrogatoire soumis aux cinq collaborateurs les plus proches de feu Samba Kaputo, prétendent que celui-ci est mort par poison. Aussitôt ce mal diagnostiqué, les sources renseignent que le patient aurait suivi un traitement à base d’un antidote fourni par une connaissance de l’une de ces cinq personnes avant que son état ne se détériore et l’évacuation vers l’Afrique du Sud. Si cette thèse redoutée se confirme, la crainte de voir des assassinats politiques embrasser d’autres sphères de la vie nationale est à la mesure des problèmes sur l’insécurité à l’Est qui prend finalement des allures semblables à une équation à multiples inconnues, insoluble mais aussi à un dilemme.

Les reproches

La plupart des différentes considérations se rapportent plus sur le cas Samba Kaputo déjà consommé en tout et pour tout, contrairement à celui de Gaston Nawej Kato’k qui n’a même pas encore un programme officiel des funérailles. Selon des sources, le professeur Samba Kaputo aurait été reproché à tort ou à raison d’avoir planifié le soulèvement de ses concitoyens contre le retour d’une certaine catégorie de réfugiés dans son fief électoral de Moba. Cette circonscription électorale qui lui a largement témoigné sa confiance en lui offrant un siège de député national, Samba Kaputo y était très populaire, aimé et très écouté. De cette audience lui reconnue justement auprès de ses électeurs, à la vive résistance manifestée par ceux-ci au retour de ces réfugiés, l’on a vite trouvé un intelligent travail de sape attribué à l’un ou l’autre des élus les plus en vue de Moba aux dernières législatives. A nos jours, le survivant Mwando Simba est sur tous les fronts afin de trouver une solution à ce problème qui a déstabilisé les activités du Hcr et d’autres humanitaires qui opèrent dans le secteur pendant quelques jours. A en croire nos sources, les commanditaires des actes ignobles que la République tout entière déplore auraient certainement mis à charge des personnes culpabilisées un parallélisme entre la situation dans une autre localité un peu plus au Nord de Moba, dans la province du Sud-Kivu. Et prétend-on, c’est l’élite locale du Katanga qui incite sa base à ne pas se hasarder de vivre l’expérience déplorable des populations du Sud-Kivu. En filigrane, c’est cette dernière province en particulier et les deux Kivu en général qui seraient les détonateurs de cette série noire suite à leurs hésitations face à la Table ronde pour solutionner l’insécurité dans cette partie du pays. Les avis contradictoires exprimés par les ressortissants du Sud et Nord-Kivu au sujet de ce forum les divisent profondément au point d’assister, en désespoir de cause, à l’élimination physique des uns par les autres. En fait, pour convaincre la base, chaque camp déploie actuellement une intense activité qui n’hésiterait pas d’utiliser les moyens jugés plus efficaces, et pourquoi pas des assassinats, pourvu que l’objectif soit atteint. Pourtant, si l’on n’a pas réellement d’autres agendas cachés, on ne peut prétendre éradiquer cette insécurité en semant une autre forme d’insécurité ni la haine. La solution des problèmes de l’Est passe surtout par la pacification des esprits. Tant qu’on n’aura pas hissé la paix à ce stade, on aura beau multiplier les missions et forums de la pacification de l’Est les armes seules vont au mieux se taire pendant un moment avant de reprendre avec plus d’intensité à la faveur des germes de haine inséminés dans les cœurs des populations. Il revenait à la Commission Vérité et réconciliation de Mgr Luc Kuye d’extirper ce mal pendant la dernière transition politique dans ce pays. Vaine aura été son action lorsqu’on constate aujourd’hui que cette commission n’a pas atteint son objectif. N’empêche que l’actuel gouvernement qui a hérité de ce passif mette tous les mécanismes en œuvre pour y parvenir.

L’Avenir

 

© Copyright L'Avenir Quotidien

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES