Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 18:53
Bozizé à Paris : Honte à certains Centrafricains inconscients et irresponsables !
(Centrafrique-Presse 20/11/2007) 
bozize_portrait.jpg

Faut-il désespérer de certains compatriotes ? Sinon comment comprendre que le même François Bozizé qui fait aujourd’hui la honte de la République centrafricaine, qui en très peu de temps seulement après son coup d’état, a gravement hypothéqué l’unité nationale, mis le pays à feu et à sang au point que partout où il passe, ses interlocuteurs étrangers ne cesse de l’interpeller sur la nécessité du respect des droits de l’homme dans son propre pays.

N’est-ce pas le même Bozizé qui a dû renoncer à se rendre en septembre dernier à l’Assemblée générale des Nations unies à New York parce qu’il redoutait les effets des retentissants et accablants rapports de Human Rights Watch et Amnesty International qui venaient de paraître sur les exactions et violations massives des droits de l’homme s’est rendue coupable sa garde présidentielle dans le nord de la RCA.

Bozizé est classé par certains médias sur le web comme un des plus mauvais dirigeants de la planète. Un tel personnage avec un si lourd passif, aurait dû essuyer de la part des Centrafricains de France, plutôt une manifestation en règle pour protester contre sa venue à Paris et sa réception par les plus hautes autorités françaises. Il n’en sera malheureusement rien.

C’est d’ailleurs pour lui tirer les oreilles au sujet des violations massives de droits humains dans son pays et les difficultés qu’il ne cesse de créer au groupe Areva à propos de l’exploitation de l’uranium de Bakouma qu’il vient d’être reçu à l’Elysée ce 19 novembre par le tout nouveau président français. La durée de l’entretien – moins de 20 minutes seulement – est bien la preuve qu’il ne pouvait s’agir que d’une mise en garde qui devait lui être adressée.

Dès lors, il est très surprenant qu’un tel personnage puisse pourtant réussir l’exploit de réunir environ deux petites centaines de compatriotes dont un bon nombre est arrivé par autocar affrété par l’état major de KNK de Lyon, dans un hôtel parisien un dimanche après midi pour une partie de cirage de pompes.

Dans ces conditions, Bozizé n’a nullement pu être interpellé sur ses responsabilités dans la tragédie que vivent nos paisibles compatriotes du nord, obligés de fuir de chez eux et végéter en brousse ou dans les camps de réfugiés du Haut Commissariat des Nations unies au Réfugiés au Cameroun, Tchad et Soudan. Un seul individu a néanmoins eu le courage de poser une question à Bozizé sur le calendrier de la tenue du dialogue national. Quelques aventuriers n’ont fait que plaider leur cas personnel dans l’espoir d’obtenir de Bozizé un quelconque poste. D’autres bouffons inconscients ont poussé le ridicule – chose franchement surprenante – jusqu’à adresser des félicitations et encouragements au dictateur sanguinaire ! Allez-y comprendre !

Aussi paradoxal que cela puisse être, plusieurs Centrafricains qui étaient venus « dialoguer » avec Bozizé sont pourtant des demandeurs d’asile politique à l’OFPRA en France, c’est à dire des gens qui se sont vus obligés de quitter le pays en raison des conséquences de la mal gouvernance du régime Bozizé. De dialogue, il n’y en a pas eu. La plupart de ces compatriotes qui ont cru devoir répondre à l’invitation des activistes de Bozizé sont une espèce d’individus qui traînent en France, toujours prompts à se pointer à ce genre de rencontre lors de ses brefs séjours à Paris dont Bozizé est désormais coutumier. Il a l’habitude de remettre à la fin une enveloppe à l’intention des participants qui, cela s’est déjà produit par le passé, se réuniront par la suite pour une partie de poulets rôtis copieusement arrosée d’alcool.

Cette rencontre de Bozizé à Paris avec certains Centrafricains de France est une rencontre de la honte et de la médiocrité. Elle est révoltante donc Haro sur cette espèce de fils du pays qui constituent objectivement un frein à la démocratie et à la prise de conscience patriotique.

 

© Copyright Centrafrique-Presse

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES