Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 11:05

Le président Bozizé appelle à la mobilisation générale

Bangui, 22 jan. (ACAP)- Le président François Bozizé a invité, mardi, les forces de défense et de sécurité ainsi que les forces vives de la nation à s'organiser pour faire échec aux actions concertées des syndicats et des partis politiques d'opposition, destinées à soutenir les fonctionnaires en grève depuis le 2 janvier pour des revendications salariales.



 


S'exprimant en sango (langue nationale) au cours d'une réunion avec le haut commandement des forces de sécurité, les représentants des opérateurs économique et les notables des 8 arrondissements de Bangui, le chef de l'Etat centrafricain s'est dit prêt à faire usage des pouvoirs exceptionnels que lui confère la Constitution, quoi que cela puisse lui en coûter.

« Nous ne pouvons pas nous contenter d'assister à la destruction de notre pays », a-t-il déclaré, mettant en garde les syndicats contre la tentation d'empêcher les non grévistes de vaquer à leurs occupations.

« Le droit syndical existe, mais il ne faut pas dépasser les bornes, il ne faut pas se mettre hors la loi ! », a encore affirmé François Bozizé, qui a promis que des dispositions logistiques seraient prises pour permettre aux non grévistes d'aller à leur lieu de travail.

Il a invité les maires des 8 arrondissements et les chefs de quartier de Bangui à se concerter pour s'organiser et organiser des vigiles censés empêcher les troubles à l'ordre public.

Le fond de l'affaire, c'est qu'ayant constaté l'amélioration de la situation du pays, marquée par la promesse des bailleurs de fonds d'octroyer 300 milliards F CFA, les partis politiques poussent les syndicats pour nous déstabiliser, a-t-il expliqué, désignant nommément l'ancien Premier ministre Martin Ziguélé et son parti, le Mouvement de libération du peuple centrafricain (Mlpc, ancien parti au pouvoir).

Les mises en garde du président Bozizé interviennent quelque 24 heures avant un « concert de casseroles », prévu par les syndicats en grève, en prélude à une opération dénommée « Centrafrique pays mort » qui devrait avoir lieu le 24 janvier.

En grève depuis le 2 janvier dernier, les syndicats réclament 6 mois d'arriérés de salaires et le déblocage des effets financiers des avancements gelés depuis 1986, rappelle-t-on.
 

Mardi 22 Janvier 2008 - 16:38
ACAP

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans DEMOCRATIE PARTICIPATIVE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES