Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2008 7 22 /06 /juin /2008 19:50
Sud Quotidien - SENEGAL
http://www.sudonline.sn/spip.php?article11914
À Mamadou Konté…
Pour que le soufflé ne retombe jamais
vendredi, 20 juin 2008 / Felix NZALE
C’était le mercredi 20 juin 2007, la veille de la fête de la musique. Un terrible coup du destin s’abattait sur le monde des arts et de la culture : Mamadou Konté tirait sa révérence. Tranquillement, à l’hôpital Principal de Dakar, le promoteur le plus acharné de la musique en Afrique faussait compagnie à ses camarades, non sans avoir tenu à jouer une dernière partition. Konté est parti, en effet, après avoir pris part, quelques jours plus tôt, à un grand séminaire sous-régional sur les stratégies de la lutte contre la piraterie et la contrefaçon des œuvres de l’esprit organisé sous l’égide du ministère de la Culture.

Habité par un esprit de refus et fidèle à ses convictions de « retour au pays » pour assurer un développement africain endogène, l’« homme au chapeau » est à l’origine du développement de la carrière de plusieurs artistes qu’il a découverts, au nombre desquels on compte Baba Maal, Manu Dibango, Ismael Lô, Touré Kunda, Kassav, Angelique Kidjo, Salif Keita…

À Dakar où il dépose ses valises après qu’il a quitté la France, il mène ses activités. « Africa Fête », la structure qu’il a créé en 1978 pour sensibiliser l’opinion à la condition des travailleurs immigrés s’élargit à la production discographique, et à la formation professionnelle et devient, très rapidement, la tête de pont du réseau d’opérateurs africains réunis au sein de la structure « Circul’A ».

Enfin, « Tringa Musique et Développement » est la structure qui a porté les diverses activités d’ « Africa Fête », en particulier le projet de mise en place de la Cité Internationale de la Musique Africaine, lieu de formation, de création, de diffusion et de distribution. Un modèle, faut-il le rappeler, de structuration du secteur musical en Afrique de l’Ouest.

En cette veille de la Fête de la musique, les pensées vont à celui qui, plus que quiconque, s’est battu pour que le soufflé de retombe jamais.

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans REGARDS CROISES DE LA DIASPORA
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES