Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 17:22
RAPPORT ACCABLANT DES NATIONS UNIES SUR LE RWANDA ET LA RDC: KAGAME, KABILA, MEME PIPE, MEME TABAC ?
(Sanfinna du 15 au 21 décembre 2008)


Un rapport explosif des Nations Unies (présenté aux 15 membres du Comité de sanctions de l’ONU) vient de tomber au sujet de la crise en RDC et qui implique le voisin rwandais.

Le rapport incriminant à l’excès pour le Rwanda établit que les autorités de ce pays ont dépêché des officiers des unités de leur armée en RDC pour tout simplement appuyer la rébellion de Laurent N’Kunda. Par la force des choses, et selon les renseignements recueillis, l’armée rwandaise, non seulement facilite la fourniture de matériels militaires aux rebelles mais se rendrait complice de faits graves, notamment de recrutement d’enfants-soldats.

Dans le rapport, fourmillent surabondamment des faisceaux d’indices convergents venant particulièrement d’anciens rebelles. Il y a aussi des relevés téléphoniques qui prouvent la régularité et l’importance des contacts entre Laurent N’Kunda et la présidence rwandaise, et le commandement de l’armée rwandaise. Le rapport fait même ressortir que des bombardements militaires ont été opérés à partir du territoire rwandais sur le territoire congolais. Il en va de même des questions liées à l’exploitation illégale des richesses congolaises pour notamment financer la rébellion tutsie.

Voilà cette bombe qui vient de tomber et qui pourrait renforcer des éléments à charge déjà existants, pour une procédure devant le Tribunal pénal international contre le président rwandais.

Mais le président Kabila n’est pas pour autant épargné puisque le même rapport affirme l’existence d’une collaboration de l’armée congolaise avec les Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), les rebelles hutu rwandais qui, comme on le sait, ont enrôlé dans leurs rangs, d’anciens génocidaires.

Ainsi, d’une certaine façon, Kabila est aussi exposé à de possibles poursuites devant le même tribunal pénal international.

Ce n’est pas tout. Une note confidentielle accompagnerait ce rapport qui prône des sanctions individuelles et qui pourrait frapper des entités mais aussi des individus nommément cités.

On peut quelque part dire que Kagamé et Kabila, c’est bonnet blanc/blanc bonnet, avec toutefois cette différence qui pourrait être appréciée devant une juridiction : que Kabila n’est pas un récidiviste et qu’après tout, il défend l’intégrité territoriale de son pays. On appréciera !

Toujours est-il que c’est ce genre d’actes courageux, susceptibles de relever le niveau de crédibilité de l’ONU, et qu’on a toujours demandé, qui ont toujours fait défaut ! Ban Ki Moon a fait faire ce qu’il fallait. Si maintenant, les grands du monde, qui sont à la commande, ne suivent pas et se contentent (comme ils savent si bien le faire) de dénonciations stériles, on ne pourra pas lui reprocher, sur ce plan, de n’avoir pas fait son boulot. D’ailleurs, le même rapport risque de ne pas être davantage doux pour les grandes puissances qui sont à la limite de la complicité pour avoir toujours refusé d’accréditer les accusations portées contre Kagamé afin de pouvoir continuer à financer le Rwanda. Il met aussi en exergue l’incapacité de la plus puissante force des Nations Unies existant actuellement au monde, la MONUC, à répondre aux attentes des populations et de participer ainsi, ne serait-ce que tacitement, à la perpétuation de crimes graves.


VT

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans PARTIS POLITIQUES
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES