Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 20:05

Comment expliquer que la xenophobie peut entâcher les élections au RDC? Selon les textes de la constitution de ce pays pour être candidat aux présidentielles, il faut que les deux parents (geniteurs) du candidat prouvent leur congolité...est cela la Xénophobie?     

 KINSHASA, 13 juin (XINHUA) -- Le Conseil de sécurité de  l'Onu a invité les Congolais-Kinshasa à éviter la xénophobie lors  de leurs prochaines élections, selon un communiqué de presse rendu public mardi par la Mission de l'Onu en RDCongo. 

     Une délégation du Conseil de sécurité conduite par  l'ambassadeur de la France à l'Onu, Jean-Marc de la Sablière, et  qui a terminé sa visite de 48 heures à Kinshasa, a plaidé pour " une campagne politique dans un climat apaisé, mettant en garde  contre des discours xénophobes sur la nationalité des candidats". 

     Elle a exprimé de la satisfaction sur des préparatifs  techniques des élections générales prévues pour le 30 juillet  prochain en RDCongo, mais invité les Congolais-Kinshasa à éviter  les discours xénophobes, tout en insistant sur le respect du  calendrier électoral. 

     Durant son séjour, la délégation onusienne a eu de nombreux  entretiens avec le chef de l'Etat et les quatre vice-Présidents,  les représentants des partis politiques, le Comité international  d'accompagnement de la Transition et la Commission électorale  indépendante. 

     Elle a condamné les intimidations et menaces dont les  journalistes sont victimes pendant cette période de pré-campagne  électorale, soulignant la "nécessité de renforcer la tolérance et  de calmer le débat". 

     Le Conseil de sécurité a regretté qu'il n'y ait pas, à l'heure actuelle, de "vrai débat" politique en RDCongo, où les médias  relayent essentiellement des attaques personnelles entre candidats et autres discours dangereux portant sur la nationalité de  certains d'entre eux.  

     Il a demandé que la bonne gouvernance et la lutte contre la  corruption et l'impunité dont bénéficient les auteurs d'exactions  contre les civils soient des priorités du prochain gouvernement  élu. 

     La délégation du Conseil de sécurité composée de quinze  membres, dont neuf ambassadeurs (France, Etats-Unis, Japon, Pérou, Tanzanie, Ghana, Slovaquie, Congo-Brazzaville et Danemark) a  terminé à Kinshasa sa tournée africaine entamée le 5 juin dernier, au cours de laquelle elle a visité le Soudan, l'Ethiopie et le  Tchad. Fin 

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES