Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 13:58
Le plan Ngbanda-Bemba pour déstabiliser la Rdc
(La Républlique 19/06/2006)
( 19/06/2006)


Jour j-44, le compte à rebours a commencé pour l’organisation des élections en Rdc. 33 candidats s’aligneront pour rechercher les suffrages du peuple. D’ores et déjà, des coups divers sont préparés pour empêcher le peuple à se choisir ses dirigeants. Certains veulent casser net le processus en le détournant de son itinéraire pour le pousser vers les négociations. D’autres voudraient relancer la guerre de conquête du pouvoir. Fardc, Monuc, Eufor, ils n’ont que faire. Gare à ce peuple qui va commettre le pêché de ne pas l’élire. Le plan Ngbanda-Bemba de déstabilisation de la Rdc déballé.
Que va-t-il arriver le 30 juin 2006 ? La question est presque sur toutes les lèvres. Car, depuis quelques semaines, certains partis de l’Opposition, dont l’Udps d’Etienne Tshisekedi et alliés réclament l’ouverture de nouvelles négociations en vue de « requalifier » la période de Transition et « apaiser » la tension. Si l’Udps réclame un dialogue parce que ne faisant pas partie des institutions de la Transition et ayant refusé de participer aux élections, les exigences du sphinx de Limete sont récupérées et exploitées « maladroitement » par certains leaders politiques qui figurent au gouvernement et dont les partis se sont alignés pour les joutes électorales.

Un complot se trame

Comme disait le chercheur Charles Tshilombo lors de sa conférence académique devant les journalistes chroniqueurs politiques, « les exigences de l’Udps sont connues, mais les autres partis tournent autour de l’Udps comme des électrons libres ». Cependant, au-delà du débat juridique sur la fin de la Transition et la nécessité d’ouvrir un dialogue politique, certains leaders politiques congolais sont accusés de vouloir préparer un chaos politique en vue de « récolter » les dividendes par la suite si jamais leur plan réussissait.
Parmi ceux-ci, certains milieux politiques et diplomatiques citent Honoré Ngbanda, le dernier Conseiller spécial du maréchal Mobutu. Vivant en exil depuis 1997, Honoré Ngbanda Nzambo-Ko-Atumba multiplie des initiatives en vue, semble-t-il, de « libérer » la République démocratique du Congo de la domination étrangère. On l’a vu réunir des anciens militaires des ex-Faz en Europe pour ce faire. Sur place au pays, celui que les Zaïrois d’hier appelaient « Terminator » pour ses exploits nocturnes, aurait trouvé un relais au niveau du pays. A en croire le journal ivoirien « Le Front », Honoré Ngbanda se serait allié à Jean-Pierre Bemba pour préparer un chaos politique en RdCongo. Le journal ivoirien révèle que « le tandem Bemba-Ngbanda est soupçonné par Kinshasa d’actions subversives au cas où Jean Pierre Bemba ne franchirait pas le premier tour ».

Mieux vaut prévenir que guérir

Conscient du risque que court le pays avant la tenue des élections prévues pour le 30 juillet 2006 et compte tenu des déclarations politiques des uns et des autres, le chef de l’Etat ne lésine pas sur les moyens afin de jouer son rôle de garant de l’intégrité territoriale. C’est dans ce cadre, indique le journal ivoirien, que le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange, a invité Léonard She Okitundu, son directeur de cabinet le 8 juin 2006 pour aller remettre une lettre à son homologue ivoirien. Selon le journal « Le Front », Joseph Kabila « a envoyé un message ferme à Laurent Gbagbo sur des actes de déstabilisation de Kinshasa par Honoré Ngbanda ».
Pourquoi le chef de l’Etat congolais a-t-il écrit à Laurent Gbagbo alors que son pays ne partage aucune frontière avec la République démocratique du Congo ? En effet, selon certaines indiscrétions, Honoré Ngbanda ferait partie de nombreux conseillers que compte la Présidence de la République ivoirienne. En plus, d’aucuns se souviendront qu’au lendemain de la chute du régime Mobutu, la plupart des dignitaires politiques, voire militaires avaient trouvé refuge en Côte d’Ivoire. On se rappellera, par exemple, que les Généraux feu Nzimbi, Baramoto et Mavua se sont installés à Abidjan après qu’ils aient été chassés de l’Afrique du Sud où ils étaient soupçonnés de préparer la déstabilisation de la République démocratique du Congo.
L’axe Abidjan-Anciens Mobutistes devrait donc être pris au sérieux. Car, plusieurs sources politiques révèlent que Yoweri Museveni, le parrain politique de Jean-Pierre Bemba, fait partie des Chefs l’Etat africains qui soutiennent le président ivoirien au niveau de l’Union africaine (Ua).
Il faut donc craindre une combinaison Abidjan-Kampala-Gbadolite en ce qui concerne le plan de la déstabilisation de la République démocratique du Congo. C’est la raison pour laquelle le chef de l’Etat, Joseph Kabila, a délégué son directeur de cabinet auprès de Laurent Gbagbo afin de lui présenter la situation réelle de la RdCongo.
Le numéro un ivoirien a donc comme mission de calmer son « conseiller » congolais. On comprend dès lors pourquoi l’ « Ivoirité » s’est transformée en «Congolité ». Ca sent du Ngbanda à cent lieus.
LR.



© Copyright La Républlique

Partager cet article

Repost 0
Published by LA REPUBLIQUE - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES