Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2006 6 24 /06 /juin /2006 02:04

Tchad: Dialogue politique difficile à quelques semaines de l'investiture du président Déby Itno


Par Daniel Etienne
N'djamena

Le gouvernement tchadien peine à nouer un véritable dialogue avec les acteurs politiques à quelques semaines de l'investiture du président Déby Itno réélu le 3 mai dernier au terme d'une élection boycottée par l'ensemble de l'opposition.

L'opposition continue à faire la sourde oreille à l'appel au dialogue lancé par le Président Déby Itno au lendemain de sa victoire électorale.

La France a délégué la ministre de la coopération Mme Brigitte Girardin pour amener l'opposition à accepter ce dialogue.

Accompagnée de Michel de Bonnecorse, conseiller Afrique de l'Elysée, l'émissaire française a rencontré l'ensemble de l'opposition à l'exception du député Yorongar, considéré comme la tête de proue de l'opposition radicale contre le régime du président Déby Itno.

Les observateurs pensent que le comportement de la délégation française à l'égard de la frange de l'opposition dirigée par Yorongar a contribué énormément au blocage actuel et à la radicalisation de l'opposition dans son ensemble.

Le président Déby Itno dont le pouvoir est sérieusement ébranlé par les rebelles semble tenir à ce dialogue. De ce fait, il a mis sur pied il y a plus de deux semaines une commission présidée par l'ancien président du Tchad, le général Félix Malloum.

La commission, appelée comité de Sages, est constituée de neufs membres et a pour rôle de convaincre les opposants à un dialogue avec le régime.

Après deux semaines de contact et d'efforts inlassables, le comité de l'ancien président fait du surplace puisqu'elle est boudée par les opposants.

Pour la Coalition des partis de l'opposition pour la défense de la Constitution (CPDC), coalition d'une partie de l'opposition radicale ayant pour porte parole M. Mahamat Saleh Ibni Oumar et le FAR (Fédération action pour la République) du radical Yorongar, le comité de sages est partisan puisque sur ses neuf membres, huit sont des membres influents du parti au pouvoir.

Les deux composantes de l'opposition, tout en se disant disposées au dialogue prôné par le président Déby Itno, rejettent un dialogue excluant les rebelles comme le veut le gouvernement.

Ils sont soutenus en cela par les associations de la société civile notamment le Comité de suivi et d'appel à la paix, dirigé par l'avocate Delphine Kemneloum Djiraïbé et qui regroupe la presque totalité de grandes associations de la société civile.

Ce comité se bat depuis 2002 pour amener les acteurs de la crise tchadienne à un dialogue franc pour juguler la crise.

A côté de ce comité, un Groupe de réflexion et d'action citoyenne pour la paix (GRAC- Paix) composé d'intellectuels et dirigé par le Professeur Facho Balaam a rendu public un mémorandum il y a 5 jours dans lequel il appelle également à un dialogue inclusif.

Contrairement aux autres acteurs, le GRAC-Paix, créé il y a moins d'un mois, dit « prendre acte de la réélection du Président Déby » même si c'est dans des conditions controversées.

Le GRAC- Paix appelle les Tchadiens à « un pardon mutuel » et à l'arrêt « des hostilités militaires de toutes les parties en conflit sur l'ensemble du territoire national ».

Pour le GRAC- Paix, doivent prendre part à ce dialogue « le gouvernement, les partis politiques, les organisations de la société civile, les confessions religieuses, les groupes politico-militaires, les personnes ressources dont le pays reconnaît la notoriété, les représentantes des associations féminines, les représentants des associations des jeunes, les représentants des associations des chefs traditionnels, les représentants de la coordination des ONG nationales, le syndicat des employeurs, les associations de défense de droits de l'Homme ».

Malgré ces différents efforts pour le dialogue, rien ne semble bouger. Le gouvernement maintient son refus d'associer à ce dialogue les rebelles.

Les rebelles qui se réunissent en congrès avant la fin de ce mois à Khartoum, promettent de relancer les hostilités.

Déjà, ce mercredi 21 juin dans l'après-midi, des violents combats ont opposé une colonne rebelle aux forces gouvernementales à Kotoro- Foulata à 80 Km d'Abéché.

C'est dans ce climat de tension que le Président Déby Itno sera investi le 8 août prochain pour un troisième mandat.

Partager cet article

Repost 0
Published by GABONEWS - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES