Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2006 4 29 /06 /juin /2006 19:14

LE GPPMP DENONCE LES MANOEUVRES POLITICIENNES DE MASSI ET NDITIFEI



 


Ces derniers 72 heures et sous prétexte de vouloir réinventer la majorité présidentielle qui serait inefficace, deux partis politiques et leurs leaders ont proposé à la surprise générale la création d'une « Coordination de la Majorité Présidentielle » pour mieux animer l'action de cette majorité au profit du régime du gouvernement en place.

La démarche pourrait séduire si elle n'émanait pas des Messieurs Charles Massi et Daniel Nditifei Boyssembe, respectivement président du FODEM, ministre d'Etat et président du MDI, Directeur Général de la Banque CBCA. Ces deux personnalités sont bien connues dans la classe politique pour leur hostilité affichée à toute idée de structuration de la majorité présidentielle sur une base juridique et reposant sur une plate forme politique. Il est normal dans ces conditions que ces leaders sortent enfin de leur attentisme et de leurs petits calculs politiques pour se constituer en « Coordination de la Majorité Présidentielle » avec deux membres qui fonctionnent comme des électrons libres prêts à se retirer sur la pointe des pieds en dénonçant leurs accords politiques avec le président François Bozize Yangouvonda.
Or ce dernier, reste à jamais le président de tous les centrafricains et le chef naturel de cette majorité présidentielle dont certains leaders se disputent déjà le Leadership en cachant avec un doigt de la main et surtout avec une proposition brumeuse nommée « Coordination de la Majorité Présidentielle ».

Le GPPMP tient pour sa part à apporter la clarification qui suit : les partis signataires de la Convention créant ce groupe politique n'ont pas attendu l'avis du FODEM et du MDI pour s'engager dans le soutien effectif et fait remarquer au président de la République et à son gouvernement qui le reconnaissent d'ailleurs officiellement. Par ailleurs et de mémoire d'homme, ni le FODFEM ni le MDI n'a jamais signé la convention créant le GPPMP et ne peuvent donc s'en démarquer. Car, on ne peut se démarquer de quelque chose que si on y a adhéré auparavant. Par conséquent, le GPPMP dénonce ce faux procès qui lui est intenté par ses détracteurs et qui fait de la publicité gratuite à deux partis politiques et à leurs leaders en mal de pouvoir et de leadership et surtout détenteurs de projets toujours brumeux qui ne lient politiquement à personne et surtout pas au président de la République. Celui-ci est d'ailleurs considéré par eux comme un simple allié qu'ils peuvent quitter comme ils veulent au nom de leurs intérêts individuels, carriéristes et catégoriels.

Il a été même largement démontré par le passé que ces deux partis et leurs leaders n'ont jamais été capables de bâtir des coordinations politiques durables ni dans l'opposition ni dans la majorité à l'époque des régimes des ex présidents Kolingba et Patassé. A ce titre, ces leaders restent les champions toutes catégories des alliances et regroupements tactiques et factices qui ont pour nom : UFAC, CFD, COODEPO, G11, UFAP, GPPO, CPPO et UFVN sans lendemain avec pour objectif essentiel leur positionnement égoïste et individuel. Qui peut nous démentir aujourd'hui ?

On voit comment des leaders politiques ambitieux et calculateurs qui n'ont jamais réussi une alternance politique crédible peuvent aujourd'hui sans aucun génie politique réinventé une majorité présidentielle taillée à la mesure de leur sournoiserie, de leur sectarisme et de leurs projets occultes dont l'enracinement au gouvernement et dans les fonctions directoriales qui rapportent gros.

Malheur à celui qui ne perçoit pas ici et maintenant que là « Coordination de la Majorité Présidentielle » en gesticulation est un écran de fumée, voire une nébuleuse qui veut en fait occulter dangereusement la véritable question de la majorité présidentielle, de son organisation, de son fonctionnement et de sa consolidation autour du Président de la République, chef de l'Etat et de son programme politique à mettre en œuvre.

Le GPPMP s'est engagé pour sa part dans une dynamique responsabilité de concertation avec toutes les composantes de la majorité présidentielle sans exclusive et n'entend pas se laisser distraire par des chants de sirène des fossoyeurs de l'unité de la majorité. Laquelle doit se réaliser autour du chef de la majorité qui reste indubitablement le Président de la République chef de l'Etat.

En tout état de cause, le GPPMP appelle ses membres et ses LEADERS à rester sereins et souder à ne pas se laisser amuser par une querelle de leadership sournoise et faussement démocratique. Le GPPMP réaffirme par la même occasion son soutien au président Bozizé YANGOUVOUNDA et à son gouvernement et se dit prêt à affronter publiquement ses détracteurs embusqués et frileux dans un débat contradictoire et non dans un monologue radiophonique agaçant.

Fait à Bangui, le 22 juin 2006

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES