Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 00:56
Des officiers des FACA relevés
(Agence Centrafrique Presse 05/07/2006)


Bangui, 5 juillet (ACAP)- Le Président de la République, François Bozizé, a signé mardi 4 juillet 2006, plusieurs textes officiels relevant plusieurs officiers de l’Armée nationale de leurs postes de responsabilité.

Ces dispositions concernent particulièrement le Général de Division Antoine Gambi, précédemment Chef d’Etat Major des Armées, Commandant d’armes de la place de Bangui, le Colonel Paul Dimassi, Chef d’Etat Major des Armées adjoint, le Colonel Dieudonné Sérégaza, Sous Chef d’Etat major chargé de la logistique et le Commandant Marcel Ngambi-Tatamba, précédemment chef du 4ème Bureau à l’Etat Major des Armées.

Le chef suprême des armées a également relevé de leur poste, le Général de Brigade Gaston Ouedane, Le Commissaire Colonel Lapo, le Sous Lieutenant Selley Wann Theyoko-Bata et le Capitaine Guy Damango, qui étaient respectivement, Directeur général de la Gendarmerie nationale, Directeur général de l’Intendance de l’Armée nationale, chef de Cabinet du directeur général de la Gendarmerie nationale et Commandant du 1er groupement de la gendarmerie territoriale à Bangui.

Le chef de l’Etat a nommé le Commandant des gardiens de la paix, André Namdanga comme Commissaire spécial de l’Aéroport Bangui Mpoko et le Contrôleur de Police, Alexandre Ela, Secrétaire général de la Commission nationale des réfugiés.

Ces importants mouvements interviennent deux jours seulement après l’intervention radiotélévisée du chef de l’Etat, qui a déclaré que « la sécurité de son pays était gravement menacée par des ennemies de la RCA ».

Il a appelé à cette occasion tous les Centrafricains à une mobilisation nationale afin de barrer la route aux individus « criminels et sanguinaires ».

François Bozizé a mis en garde les soldats « indisciplinés et sans courage », qu’ils n’ont plus leur place dans l’Armée Centrafricaine. Il a ordonné que désormais, « tout acte d’insubordination soit sévèrement puni et que quiconque commet une faute grave devant ou à proximité de l’ennemie soit immédiatement sanctionné et traduit devant les tribunaux compétents.

Le Président de la République intervenait quelques jours après une attaque des hommes armés non identifiés contre la base d’un détachement mixte FACA-FOMUC, le 26 juin dernier à Gordil (1243 km Nord de Bangui), faisant en tout 14 morts dans les rangs des loyalistes dont deux (2) soldats de la Force multinationale de la CEMAC.



Retour haut de page
Dagoulou/ACAP
05 juillet 2006

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES