Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 01:07
Encore une lettre de Joseph BENDOUNGA à François BOZIZE
(Centrafrique-Presse 04/07/2006)


Objet : Pourquoi les privilégiez-vous la guerre à la paix

Cher compatriote,

Dans la nuit du samedi 24 juin 2006, un avion ukrainien de marque Antonov spécialement affrété par vous livrait en pleine nuit à l’aéroport BANGUI M’POKO : deux hélicoptères de combat, 27 tonnes d’armement et le contingent de mercenaires chargés de leur maniement.

Le lendemain dans la nuit du dimanche 25 au lundi 26 juin 2006, les soldats Centrafricains et ceux de la FOMUC que vous aviez envoyés vers une mort certaine se faisaient massacrer par les rebelles qui les ont surpris dans leur sommeil.



Un communiqué laconique du ministère de la défense tenue par vous et votre fils Francis BOZIZE donnait un bilan erroné des affrontements sanglants qui avait fait des dizaines de tués dans les rangs des forces qui défendent votre régime.



Général François BOZIZE que se soient les soldats de votre garde prétorienne ou bien les soldats de l’armée régulière (FACA), le M.D.R.E.C dit que se sont des Centrafricains qui tombent sous les balles des rebelles, alors que vous, vos fils et vos proches vous pavanez à Bangui.

Pourquoi ne les envoyez-vous pas mourir au front comme vous le faite avec les fils de vos compatriotes Centrafricains ? Le M.D.R.E.C déplore ces pertes inutiles de vie humaine.



Il n’est pas donné à n’importe quel individu : la faculté de présider à la destinée d’un peuple.

Seuls, les sages ont ce privilège. Le roi SALOMON l’écrivait dans Ecclésiaste 9-18 : « La sagesse vaut mieux que tous les instruments de guerre ; mais un seul pécheur détruit beaucoup de bien »



Quand je disais aux Centrafricains lors de la campagne électorale de 2005 que BOZIZE est la mort et que toute la presse centrafricaine ainsi que vos sbires pendant une semaine me traitaient de tous les noms : les évènements présents me donnent entièrement raison.



Grâce à votre génie maléfique, le Centrafrique est devenu un véritable mouroir. Aujourd’hui, on y meurt comme des mouches, de souci, de faim, des maladies faute de soins et par les guerre. « Quand les justes se multiplient, le peuple est dans la joie ; quand le méchant domine, le peuple gémit » : Proverbes 29-2. Le Général TOUMANI TORE vient de faire la paix des braves avec les TOUAREGS et le peuple malien en est sorti vainqueur sans dommages et sans effusion de sang.



Général François BOZIZE, au lieu de crier avec votre fils Francis au secours : essayons-nous avec les rebelles et trouvons ensemble les solutions de sortie de crise. Ces rebelles utilisent la même technique que vous lorsque vous rendiez la vie difficile à Ange Félix PATASSE : ne dit-on pas que celui qui tue par l’épée sera tuée par l’épée ? La voie de la paix mène à la vie et celle de la guerre à la mort.



Frère BOZIZE un proverbe KARE dit : « IL y a la bouche pour prodiguer des conseils, mais il n’y a pas d’oreilles pour les écouter. BOZIZE, “NZAPA a wuko be ti mo”.



Président du M.D.R.E.C



Joseph BENDOUNGA


Auteur : La Rédaction

 

© Copyright Centrafrique-Presse

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES