Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2006 2 18 /07 /juillet /2006 20:30

Le dialogue social made in US

On a beau jeu d’accuser les français d’être flambeurs (devant de plus faibles qu’eux), pessimistes (envers leurs gouvernants, la conjoncture ou la météo), jaloux (du bien d’autrui) et aptes à la délation (lorsqu’elle est anonyme). Or ces spécialités nationales semblent mises à mal par des américains qui viennent nous piquer nos vilains défauts à nous. Du moins quelques uns. Là bas, un site Internet (1) permet depuis peu aux salariés de déverser toute la haine qu’ils nourrissent envers leur patron. Ils peuvent le traiter librement de négrier, d’exploiteur, d’escroc ou de tortionnaire. Le tout sans que jamais le nom de l’entreprise, du dirigeant ou du salarié incrimineur ne soit cité. Et sans que les informations livrées à la vindicte populaire ne soient vérifiées par ceux qui ont mis ce nouveau site en ligne le 1er juin dernier.

On y découvre un boss qui engueule ses ouvriers qui travaillent sous la pluie pendant que lui même est à l’abri dans son gros 4x4. Ou un autre, convoquant ses collaborateurs pour une réunion à grands coups de pistolet d’alarme. On y trouve également un patron obligeant son employé à effectuer des heures supplémentaires, alors que la mère de ce dernier est en phase terminale. Impossible évidemment de savoir si ce musée des horreurs au travail recouvre un fond de réalité.

Toujours est-il que plus de 900 témoignages du même goût s’y accumulent depuis un mois et demi. Evidemment, l’appât du gain n’est pas pour rien dans l’engouement des salariés américains pour cette forme de délation, puisque la meilleure histoire sera bientôt récompensée par une semaine de vacances offerte par une agence de voyages. Il n’en reste pas moins que ce grand défouloir virtuel semble trouver un écho plus que favorable Outre Atlantique puisque le site a déjà enregistré plus de 500 000 connexions. Comme si le dialogue social américain était tellement enlisé que cet anonymat en ligne soit le dernier recours pour dénoncer des injustices réelles ou fantasmées. Pourtant, ce site est rattaché à la puissante centrale syndicale AFL – CIO dont la vocation est justement de défendre les salariés. Un terrible aveu d’impuissance.

Heureusement, la France n’en est pas là. Ici, comme chacun sait, patrons et syndicats discutent de la plus fraternelle des façons. Et le dialogue hexagonal est porté à un niveau tellement élevé que jamais une grève ne vient contrarier un pan de l’économie ou la libre circulation des usagers. Si, par extraordinaire, ce n’était plus le cas, les centrales françaises pourraient toujours ouvrir un site «balance.com». En attendant vos réactions sont comme d’habitude les bienvenues ci-dessous.
En vous remerciant de ne pas en profiter pour dénoncer vos chefaillons tortionnaires, patrons mégalos et managers sans cœur. Même s’ils existent.

Sylvia Di Pasquale

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvia Di Pasquale - dans DEMOCRATIE PARTICIPATIVE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES