Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2006 2 18 /07 /juillet /2006 21:15
FOCUS SUR L'ACTUALITÉ

Origine de la crise ivoirienne: Gbagbo et Fologo répondent à ADO
(L'Inter 18/07/2006)
( 18/07/2006)


Samedi dernier à Yamoussoukro, lors de la cérémonie d’hommage de la jeunesse " Houphouétiste pour la République " au Président Laurent Gbagbo, M. Laurent Dona Fologo, président du Conseil Economique et Social (CES)et parrain de la cérémonie du jour, ainsi que le Président Gbagbo ont donné la réplique au président des républicains. C’est le parrain du jour qui le premier a tenu à rappeler à Alassane Ouattara que si les frustrations engendraient la guerre, le Président Laurent Gbagbo l’aurait fait depuis longtemps. Parce que, a-t-il défendu à l’endroit du Président Gbagbo " Monsieur le Président, pendant 25 ans vous avez connu les pires des frustrations. L’extrême, vous avez été jeté en prison avec toute votre famille. Vous l’avez vécu et pourtant vous avez préféré la guerre des idées bien que des gens ne manquaient pas à cette époque pour vous prêter des armes. ". Ouvrant une parenthèse sur son interdiction par les rebelles de se rendre dans son village par la route et avec ses amis pour enterrer son frère, le Président Fologo s’est étonné que des gens qui disent être venus combattre les frustrations, l’injustice et le déficit de démocratie, puissent empêcher une personnalité de se rendre sur ses terres au moment même où le train de la paix était engagé sur ses rails. Précisant que sur le conseil du Président Gbagbo, il a évité un incident historique à Djébonoua, il a soutenu avoir l’impression que la mal ivoirien est en train d’être guéri par le mal. " tandis que nous sommes bloqués ici, des missions officielles sillonnent nos terres et nos propres villages au vu et au su de tout le monde, y compris la division des droits de l’homme de l’Onuci et du Gti. " a-t-il expliqué, avant de préciser que même des directives sont données sous forme de menaces à des hommes politiques qui veulent se rendre dans les zones occupées. Pour sa part, le Président Laurent Gbagbo s’est étonné que ce soit un individu comme Konaté Sidiki qui puisse empêcher des Ivoiriens de se rendre chez eux et de dire ce qu’ils veulent. Relativement à la déclaration de M. Alassane Ouattara, après avoir exprimé son indignation, le Président Laurent Gbagbo a invité tous ceux qui parlent de frustrations en Côte d’Ivoire de toujours préciser l’origine de ces frustrations et de dire " Qui a frustré qui en Côte d’Ivoire ?". Pour Laurent Gbagbo, se dire " Houphouëtiste " et dire que la guerre découle des frustrations, c’est insidieusement critiquer la gestion du pouvoir faite par Feu le Président Houphouët Boigny car s’est-il tout simplement défendu : " Moi je viens juste d’arriver. Je n’étais donc pas au pouvoir et je n’étais dans aucun gouvernement, donc qui a frustré qui ? ". Poursuivant, il a ajouté que si les frustrations devraient être source de guerre, tous les pays seraient en guerre car les frustrations sont quotidiennes dans la vie des hommes. Il a donc invité la jeunesse ivoirienne à se détourner des fausses solutions face à une situation. " La rébellion, a-t-il précisé est une fausse solution aux vrais problèmes de la Côte d’Ivoire ". Concluant ses propos à ce sujet, le Président Gbagbo a rappelé qu’on ne peut pas se proclamer Houphouëtiste et soutenir en même temps qu’on a été frustré par Houphouët Boigny. Parce que, a-t-il semblé dire, c’est Houphouët qui était au pouvoir avec Alassane Ouattara en 1990. Année sur laquelle tous les Ivoiriens sont unanimes comme étant celle où toutes les difficultés majeures, notamment les problèmes identitaires considérés comme source de frustrations et donc de guerre ont vu le jour. A propos de " l’Houphouëtisme ", le Président du Conseil Economique et Social, M. Fologo qui a soutenu être un disciple de Feu le Président Houphouët Boigny repondissant sur ce sujet précisé à l’endroit du président Gbagbo, " Je sais de quoi le président parle parce que vous savez d’où je viens ". En conclusion, le Président du CES qui dit être un légaliste pur sang, s’est exclamé que des gens chassés du pouvoir par coup d’Etat et contraint à l’exil puissent aujourd’hui s’embrasser avec leurs bourreaux d’hier et s’étonner en même temps que lui un légaliste puisse collaborer avec un Président légalement élu.



mardi 18 juillet 2006 par Blaise Bonsié (Région des Lacs)

© Copyright L'Inter

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES