Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 18:10
Communiqué de l’APRD: LA DEROUTE DES FORCES GOUVERNEMENTALES
(Communiqués 03/10/2006)


La RCA continue de s’enfoncer dans la désolation, le malheur et le marasme politique. Le Président Bozizé refuse toujours le dialogue national et s’entête dans sa politique de déni de la justice, de corruption, de bradage des biens publics au profit de sa famille et des clans qui l’entourent.

C’est ainsi que son fils est à la fois Directeur de la Gendarmerie Nationale et Directeur de Cabinet du Ministre de la Défense qui Bozizé même en personne. Il est donc de fait, également, ministre de la Défense.

Le Gouvernement s’oppose à une décision de la justice en refusant de libérer des prisonniers acquittés par la justice et viole une fois de plus la Constitution. Il dissout la douane et confie la gestion de ce service à un Cabinet privé géré par un de ses amis pour continuer de piller les ressources de l’Etat.

Les richesses du pays sont dilapidées sans retenue : l’exploitation du fer de DAMARA, de l’uranium de BAKOUMA, de l’or et du diamant est confiée à des sociétés étrangères sans aucune procédure reconnue par les services de l’Etat, en toute illégalité, en toute impunité.

Sur le plan militaire, il poursuit la politique de la terre brûlée et s’en prend à la population sans défense. C’est sur ce plan que la réponse de l’opposition armée l’a mis complètement en déroute ces dernières semaines.

Le 23 septembre 2006 à 5 heures les forces de l’APRD ont attaqué les FACAS à WANDAKO. Le bilan : coté FACAS, 11 morts, 17 blessés et coté APRD 5 blessés, 4 disparus, 3 paysans sont arrêtés par les FACAS.

Le 22 septembre 2006 l’APRD a attaqué sur l’axe WANDAKO- BANDORO à 17 heures. Le bilan : 5 morts, 10 disparus coté ennemi.

Le 27 septembre 2006, l’APRD a tendu une embuscade sur l’axe BEMAL- BOGUILA. Le bilan : coté Garde Présidentielle 6 tues, 7 blessés, 1 véhicule brûlé. Les FACAS ont refusé d’aller au combat.

D’autres attaques au courant du mois de septembre ont eu lieu. Avec les mêmes échecs. Les FACAS refusent les combats et c’est la Garde Présidentielle qui est obligée de monter maintenant en première ligne : le moral est bas, la conviction est nulle, ces forces sont en déjà en déroute et cela va continuer de s’accentuer.

La France ne doit pas soutenir ce dictateur mais, bien au contraire, travailler pour la restauration de la paix et de la démocratie en Centrafrique, pour l’amitié et la coopération entre le Peuple Français et le Peuple Centrafricain.

LE DELEGUE A LA COMMUNICATION

DJIM-WOI LAURENT

Adresse émail : ngoutide@yahoo.com


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° 03/APRD

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans REBELLION
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES