Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 22:52
observé un sit-in d'une heure devant le palais de justice de Bangui avant de se rendre jusqu'au ministère de la Justice pour dénoncer le maintien en détention des personnes acquittées à l'issue d'un procès pour "complot" contre le pouvoir

BANGUI, 18 sept 2006 - Les avocats centrafricains ont entamé lundi une grève pour dénoncer le maintien en détention de quatorze personnes acquittées par la Cour criminelle à l'issue d'un procès pour "complot" contre le régime du président François Bozizé. Réunis autour de leur bâtonnier Me Venance Gomongo, une quarantaine d'avocats en robe ont observé un sit-in d'une heure devant le palais de justice de Bangui avant de se rendre jusqu'au ministère de la Justice, où une délégation a été reçue par le ministre Paul Otto. "Nous exigeons des autorités judiciaires du pays (...) qu'elles prennent leurs responsabilités afin que ces personnes, qui ont été régulièrement acquittées mais qui demeurent encore détenues illégalement, soient immédiatement libérées", a déclaré Me Gomongo devant la presse. "Les faits qui se sont produits

la semaine dernière sont extrêmement graves", a estimé le bâtonnier. "Ils ont révélé aux yeux de l'opinion nationale et internationale 
un autre visage de la justice centrafricaine", a-t-il poursuivi, expliquant que les avocats ne participeraient à "aucune audience" 
pendant leur mouvement, programmé jusqu'à vendredi. La Cour criminelle a acquitté le 12 septembre quinze des seize personnes qui 
comparaissaient pour un "complot" contre le régime du président Bozizé. Dès la fin du procès, tous les acquittés, à l'exception 
d'une femme commissaire de police, ont été transférés sans explication à la prison de Bossangoa, à 300 km au nord-ouest de Bangui, 

où ils étaient toujours détenus lundi, selon leurs avocats.

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans JUSTICE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES