Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 20:22

18/11 :Ndjamena au Secours de Bangui

L'étau se resserre autour du Président centrafricain le général bBozizé et le régime tchadien a décidé, vendredi, d'envoyer des troupes en République centrafricaine, dans le cadre dit-on d'un accord régional de défense. Le Premier Ministre tchadien Pascal Yoadimnadji qui a demandé à l’Assemblée Nationale une autorisation pour l'envoi des soldats tchadiens en République centrafricaine, a accusé le gouvernement soudanais d'adopter une stratégie de contournement pour contraindre le Tchad à combattre sur plusieurs fronts. "quand le feu se déclare chez le voisin, il faut se porter à son secours, au risque que le feu se déclare chez lui, ne se propage chez vous », a souligné le premier ministre tchadien. Les rebelles centrafricains qui avancent et occupent déjà trois villes du nord, ont annoncé la prise mercredi d'une quatrième localité, dans la préfecture de Haute-Kotto (nord-est). En effet, la ville d'Ouadda serait tombée après le ralliement des soldats de l'armée centrafricaine aux troupes rebelles.

Le régime tchadien qui se trouve lui même confronté à une rebellion armée très active à l'Est du pays, et des affrontements interethniques, n’a pas été en mesure de préciser le nombre de soldats qui pourraient être dépêchés en République centrafricaine. Certains observateurs estiment que le Tchad dont une centaine de soldats se trouvent déjà en RCA, ne serait pas en mesure d'envoyer un effectif important de soldats tchadiens.

Les deux régimes se servent maintenant du Média pour se faire entendre. Interrogé par la presse, lors d'une des plus grande conférence vidéo, organisée, mercredi, par le centre de presse soudanais, le deuxième vice président soudanais, Ousman Ali Taha, a démenti toute implication soudanaise dans ce qui se passe au Tchad ou en Rca. Ali Taha a par ailleurs accusé les autorités tchadiennes d'être derrière la crise du Darfour. "Le Tchad a compliqué toute solution à la crise du Darfour (...) nous détenons des preuves tangibles de l'implication du Tchad dans la crise du Darfour (...) nous avons en notre possession des soldats tchadiens faits prisonniers lors des différents combats avec la rébellion du Darfour, des armes, et toute sorte de preuve", a martelé, mercredi, le vice Président soudanais, lors de la vidéoconférence de presse. Selon le chercheur
Roland Marchal, du Centre d'études et de recherches internationales (CERI) à Paris, depuis l'automne 2005, la décision soudanaise d'autoriser les rebelles tchadiens à utiliser leurs camps au Darfour pour mener des attaques contre le Tchad, a été prise sur la base d'une réévaluation du rôle de Déby et de ses proches dans le conflit au Darfour : d'un côté ils recevaient de l'argent de Khartoum pour affaiblir les mouvements darfouriens, de l'autre ils aidaient ces derniers ou acceptaient de voir leur territoire utilisé comme sanctuaire. De son côté, Ahmat Yacoub l'ex-secrétaire général du Front national du Tchad rénové (FNTR) a appelé le président Idriss Déby "à ne pas impliquer les civils dans sa stratégie de généralisation de la violence". Dans une interview à Afrik, Ahmat Yacoub qui est chargé d'organiser une conférence de paix le 1er Mars, a appelé le Président tchadien à privilégier le dialogue avec l'opposition politico-militaire, afin dit-il, "de trouver une issue définitive et durable à la crise interne qui déchire le pays".

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans REBELLION
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES