Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 12:35
La ville de Birao reprise par l'armée centrafricaine
(20minutes 27/11/2006)

La ville de Birao, dans l'extrême nord de la Centrafrique, sous contrôle d'une rébellion centrafricaine depuis fin octobre, a été reprise lundi par l'armée centrafricaine, avec "le soutien en matière de logistique et de renseignement de militaires français", selon Bangui.
"La mission de reconquête de cette ville engagée par les Forces armées centrafricaines (Faca), votre armée nationale, vient d'aboutir (lundi) en début d'après-midi avec la mise en déroute des rebelles et la reprise du contrôle de la zone de l'aérodrome de Birao", à 800 km au nord-est de Bangui, selon un communiqué du ministère de la Défense.

"Cette opération a été conduite avec le soutien en matière de logistique et de renseignement des militaires français de l'opération Boali", poursuit le texte, lu à la radio par le directeur de la presse présidentielle, Nord Esaïe Nganamokoï.

Le portefeuille de la Défense est détenu directement par le président centrafricain, François Bozizé.

Une source proche de l'état-major des Faca avait annoncé auparavant à l'AFP que Birao, située près des frontières tchadienne et soudanaise, avait été reprise, à l'issue de brefs combats, par l'armée appuyée par des militaires français, sans préciser si ces derniers avaient pris part directement aux combats.

Selon cette source, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, les Faca, partis de Bangui lundi matin, ont été transportés dans la zone de Birao par un avion de transport militaire Transall français. Certains éléments ont été parachutés, a-t-il affirmé, sans pouvoir donner un bilan des combats.

Les autorités militaires françaises à Bangui, contactées par l'AFP, n'ont pas souhaité faire de commentaires.

La France avait renforcé à la mi-novembre d'une centaine d'hommes le détachement d'environ 200 soldats français déployés à Boali (à une centaine de km au nord-ouest de Bangui) depuis la prise de pouvoir du général Bozizé en mars 2003, et annoncé une aide logistique et en matière de renseignement aérien aux forces centrafricaines, mal équipées.

Les militaires français de l'opération "Boali" sont notamment chargés de former les unités des Faca et d'assister le contingent de la Fomuc, la Force multinationale de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) présente depuis 2002 en Centrafrique.

Birao avait été prise le 30 octobre par les rebelles de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), une alliance de rebelles centrafricains, jusqu'alors peu connue, qui avait ensuite pris la localité d'Ouadda Djallé (130 km plus au sud) avant de poursuivre sa progression vers la ville minière de Bria (700 km au nord-est de Bangui).

Le 18 novembre, un accrochage avait opposé à 80 km de Bria les Faca aux rebelles, qui s'étaient repliés.

Le président de l'UFDR, Michel Am Non Droko Djotodia, et son porte-parole, le capitaine Abakar Sabone, ont été arrêtés aux alentours du 20 novembre à Cotonou par la police béninoise en vertu d'un mandat d'arrêt international délivré par un juge du tribunal de grande instance de Bangui.

Bangui a accusé le Soudan de soutenir l'UFDR, ce que Khartoum a catégoriquement démenti.

Outre Paris, plusieurs alliés du président Bozizé lui avaient récemment apporté leur aide.

La Cémac, dont Bangui est membre, avait annoncé le 18 novembre qu'elle allait renforcer la Fomuc, forte de 380 soldats congolais, tchadiens et gabonais en Centrafrique - et dont un contingent est déployé à Bria -, et "lui demander d'intervenir dans la sécurisation des zones de conflits".

Le président tchadien, Idriss Deby Itno, lui aussi aussi menacé par plusieurs rébellions, avait également annoncé l'envoi de renforts militaires tchadiens.


 

© Copyright 20minutes

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES