Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2006 4 30 /11 /novembre /2006 00:41
Le ministre de l'Intérieur aux étrangers: Le Bénin ne servira pas de base arrière
(L'Araignee 29/11/2006)


La salle de conférence de la direction des Douanes et droits indirects a abrité, hier mardi 28 novembre dans l’après-midi, une rencontre du ministre de l’Intérieur, de la Sécurité publique et des Collectivités locales avec quelques communautés étrangères présentes au Bénin. Deuxième du genre depuis la prise de fonction de Edgard Alia, cette rencontre visait à mettre les étrangers résidant chez nous devant leurs responsabilités, quant à l’observance stricte des lois en vigueur au Bénin.

A aucun moment l’affaire de la récente arrestation de deux ressortissants centrafricains n’a été évoquée par Edgard Alia, mais elle était bien la toile de fond de la rencontre. Pour le ministre de l’Intérieur, il fallait rappeler aux étrangers séjournant chez nous que si notre Constitution leur garantit les mêmes droits et libertés que les nationaux, il y a cependant des limites légales. Ainsi, si le Bénin est une terre légendaire d’accueil, que des étrangers y séjournent en toute quiétude, ils ne devraient pas, profitant de cette largesse de notre pays, se livrer à des actes contraires à leur statut. Cela, le ministre de l’Intérieur l’a martelé avec force, la mine rébarbative à volonté comme pour donner plus de poids à ses propos. Desdits propos, il ressort que le Bénin ne saurait servir d’arrière base à quelque groupe organisé pour se préparer et aller agresser un Etat quelconque. En tout cas, de tels actes subversifs ne seront pas tolérés, dira Edgard Alia par ailleurs révolté de constater depuis sa prise de fonction, que des Béninois, par « cupidité » hébergent des étrangers avec qui ils « cultivent des plans de déstabilisation de pays amis ». A ces compatriotes qu’il qualifie de « racoleurs », Edgard Alia a lancé un avertissement. « Nous les suivons, nous les connaissons déjà et certains ont même été déjà pris ».
Aux étrangers qui ont trouvé le terrain fertile dans la collaboration des nationaux, le ministre de l’Intérieur a rappelé les dispositions légales tirées de la Constitution et de la Convention de l’OUA aujourd’hui UA, relatives aux réfugiés. Puis, il tiendra un langage d’apaisement à leur endroit, les rassurant de la disponibilité du gouvernement à leur garantir la sécurité et la protection, mais tout en les invitant à tenir compte de ce que le peuple béninois n’aime pas la violence, et à ne pas en abuser. Ainsi, tant que le contrat de confiance sera respecté, la bonne ambiance prévaudra a dit Edgard Alia avant d’ajouter que « de toutes les façons, la police et la gendarmerie sont déjà à pied d’œuvre pour dénicher les étrangers indélicats ».
Il s’étendra ensuite en conseils, demandant aux étrangers de savoir prudence observer en cette veille de fêtes de fin d’année, réputée « période rouge » puisque « même les malfrats veulent fêter ».
Heureux de la démarche du ministre, quelques participants à la rencontre, notamment les Sénégalais, Tchadiens et Nigérians ont tenu à exprimer leur joie au ministre pour la considération et l’attention qu’il leur porte. Ils en appellent à une bonne collaboration entre le ministère et les communautés étrangères qui, de leur propre aveu, ont un grand besoin d’organisation à la base. Tous s’engageront enfin à observer scrupuleusement les lois et règlements en vigueur au Bénin.

Par Wilfried Léandre HOUNGBEDJI


 

© Copyright L'Araignee

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans INSECURITE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES