Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 18:57

LE GENERAL BOZIZE OUVRE LE FEU SUR SON GOUVERNEMENT A BOUAR



 

Les festivités de l'an 48 de la République Centrafricaine ont été marquées à Bouar par un long discours en langue nationale (sango) du Président de la République, le Général François Bozizé.
Un discours au vitriol sans thème où il s'est employé à se décerner un satisfecit avant d'ouvrir le feu en bon militaire sur les « ennemis » de son régime à savoir la presse, les magistrats, les Organisations de défense des Droits de l'Homme et les Partis politiques de l'opposition considérés globalement comme les cerveaux patentes de la rébellion armée. Chacun en a eu pour son compte et son grade à l'exception de l'armée nation épargnée au grand étonnement de l'auditoire.
Et d'ailleurs François Bozizé pouvait-il oser s'attaquer aux FACA comme dans un passé récent alors que la troupe appuyée par la France est en train de marquer des points sur le terrain à Birao, Mouka, Sam Ouandjia, Ouadda et bientôt Ouadda Djallé ? Non assurément, car François Bozizé s'est soigneusement gardé d'ouvrir la boîte de Pandore alors que manifestement rien ne va plus entre lui et le commandement militaire et en l'occurrence avec le Général Jules Bernard Ouandé, Chef d'État-major général des FACA qui est désormais dans la ligne de mire du Chef suprême des Armées qui vient d'ailleurs d'arrêter le Colonel Mamour immédiatement
remplacé par le Colonel Ngaïféï, un proche parent.
Bref, tout le monde sait que les FACA doivent s'attendre à un chambardement de la hiérarchie militaire et des têtes ne tarderont pas à tomber. Et on espère que se sera au profit d'une nouvelle élite militaire avec de jeunes officiers supérieurs (lieutenants Colonels, et Commandant).
Mais le clou du discours du Chef de l'État aura été son attaque frontale contre son propre gouvernement considéré comme ‘‘un nid de cerveaux rebelles''. Le général François Bozizé a donc dégainé et ouvert le feu frontalement sur son propre Gouvernement.
A ceux qui croient encore que les chefs (Abakar Sabone, Michel Am Ndrako Ndjotodia) sont au Bénin à Cotonou, François Bozizé rétorque que ceci est un mensonge. Pour lui en effet, les chefs rebelles ou les cerveaux rebelles sont bel et bien dans la capitale Bangui et plus précisément dans l'administration publique et singulièrement dans le gouvernement d'Elie Doté premier ministre.
Un gouvernement qui sert de refuge donc aux « cerveaux rebelles » qui ne cessent de téléphoner à la rébellion armée.
Ces propos accusateurs découlent de renseignements généraux et confirment les rumeurs du soupçon qui pèsent depuis sur certains membres du gouvernements considérés comme les complices avérés de la rébellion armée. Il n'y donc manifestement plus de solidarité gouvernementale car il y a une crise de confiance en la demeure. Le gouvernement de M. Elie Doté ne serait plus en odeur de sainteté et cela laisse clairement augurer de la volonté du Chef de l'État de se séparer très prochainement de ce gouvernement truffé de ‘‘taupes'', de cerveaux rebelles, de « fossoyeurs » et d'ambitieux en embuscade.
Des membres du gouvernement sont directement visés et cela se lisait sur le visage de certains ministres présents au défilé.
Des ministres rebelles, ce sont des ministres complices d'atteinte à la sûreté intérieure de l'État, des ministres complices de destruction, de pillage, de vols, de viols, d'assassinats et de crimes. Des ministres bon pour la prochaine cour criminelle. Mais encore faut-il que le général François Bozizé donne les preuves de ses allégations au ministère public.
En attendant, le général François Bozizé vient d'ouvrir le feu sur son propre gouvernement. C'est la guerre ouverte et sauve qui peut…




Mercredi 06 Décembre 2006
Jean Ding Kpi

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES