Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 23:28
L'opposition "surprise et indignée" de l'engagement militaire de la France en Centrafrique
(Edicom 06/12/2006)


La principale coalition de l'opposition centrafricaine a dénoncé mercredi l'intervention de soldats français aux côtés de l'armée gouvernementale lors des opérations menées contre les rebelles dans le nord-est du pays, qualifiée d'"intrusion" et de "voie de fait".

Dans un communiqué l'Union des forces vives de la Nation (UFVN) s'est déclarée "surprise et indignée de voir la France s'engager directement et résolument dans la logique de l'affrontement militaire avec la rébellion centrafricaine".

"Malgré (la) forte mobilisation anti-guerrière du peuple instruit par son vécu proche, la France a décidé d'aller à contre-courant et a frappé. Poussant à la roue, elle a donné en plein dans la voie de fait en se révélant franchement partie prenante aux combats, sous le prétexte fallacieux de la légitime défense", a poursuivi l'UFVN.

La coalition de l'opposition dénonce "cette intrusion française dans un conflit centrafricano-centrafricain" et "condamne sans réserve les massacres des populations civiles occasionnés par les bombardements insoupçonnés des avions militaires français", ajoute le communiqué.

L'intervention française constitue "un discrédit regrettable de ce grand pays ami" et "résulte d'une interprétation à tout le moins discutable des accords bilatéraux" entre les deux pays, estime également la coalition. "Les voies pacifiques sont de très loin les meilleures techniques de résolution de tous les conflits politiques", conclut le texte.

La France a participé activement à la contre-offensive lancée le 27 novembre l'armée centrafricaine pour déloger les rebelles de l'Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) des localités du nord-est du pays dont ils avaient pris le contrôle.

L'état-major de l'armée française a confirmé que des chasseurs Mirage F1 avaient ouvert le feu à plusieurs reprises sur les rebelles, une première fois en état de "légitime défense" et ensuite pour soutenir les Forces armées centrafricaines (Faca).

Outre ses Mirage, la France a déployé sur le terrain aux côtés des Faca un détachement des forces spéciales, dont un soldat a été blessé vendredi, et assure pour leur compte des missions de transport aérien, selon Paris.

Aucun bilan de ces opérations n'a jusque-là été rendu public, notamment en matière de pertes civiles.

L'UFVN regroupe le Mouvement de libération du peuple centrafricain (MLPC) de l'ex-président Ange-Félix Patassé, que le régime de Bangui accuse de soutenir la rébellion, le Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) de l'ancien président André Kolingba et quelques partis de taille modeste.





 

© Copyright Edicom

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES