Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 00:15
Reprise des combats dans l'est du Tchad entre rebelles et forces gouvernementales
(Le Monde 02/02/2007)


De violents affrontements ont éclaté, dans la matinée de jeudi 1er février, entre les rebelles tchadiens hostiles au président Idriss Déby et l'armée gouvernementale dans la ville d'Adré, à la frontière entre le Tchad et le Soudan, a-t-on appris de sources concordantes. Les rebelles, réunis dans une coalition rassemblant leurs principaux mouvements, ont attaqué la garnison d'Adré, à 150 kilomètres à l'est de la ville d'Abéché, peu après 8 heures, ont déclaré un porte-parole des rebelles et des sources militaires tchadiennes.

Les combats, qualifiés de part et d'autre de violents, se poursuivaient en milieu de matinée, ont précisé les mêmes sources. "Les forces de la coalition ont attaqué la ville d'Adré ce matin, les combats sont violents et se poursuivent", a déclaré Ali Izzo, porte-parole de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), l'un des mouvements de la coalition rebelle. "Des mercenaires en provenance du Soudan ont attaqué ce matin la garnison d'Adré", a, pour sa part, confirmé le ministre tchadien de la communication, Hourmadji Moussa Doumgor. "Les mercenaires ont été défaits et les forces armées nationales tchadiennes sont en train de les pourchasser", a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

ACCORD DE COORDINATION ENTRE LES REBELLES


L'attaque de la garnison d'Adré constitue la première opération militaire d'importance menée par les rebelles depuis la violente bataille qui les a opposés au début du mois de décembre aux troupes gouvernementales autour de la localité d'Hadjer Marfaïn, au nord d'Adré. A l'issue de ces affrontements, les autorités de N'Djamena avaient annoncé avoir "totalement anéanti" et repoussé l'ensemble des rebelles à l'intérieur du territoire soudanais. Les mouvements hostiles au président Déby avaient alors démenti avoir été défaits puis annoncé la mise en place d'un état-major commun destiné à coordonner leurs futures opérations.

Les deux principaux groupes rebelles tchadiens en activité ont signé, le 25 décembre, un "accord de coordination militaire" destiné à coordonner leurs opérations à partir d'un état-major conjoint. "Nous avons signé un accord de coordination militaire" avec la coalition rebelle emmenée par le Rassemblement des forces démocratique (RaFD) et la Convention nationale tchadienne (CNT), a déclaré le président de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), le général Mahamat Nouri. "Ce qui signifie que nous avons un état-major conjoint et qu'à partir de maintenant nous allons coordonner toutes nos opérations militaires sur le terrain", a-t-il poursuivi. Au pouvoir depuis dix-sept ans, le régime d'Idriss Déby les accuse d'être soutenus par le Soudan voisin, ce que dément le gouvernement islamiste de Khartoum.

Le 24 janvier, les hommes de l'UFDD du général Mahamat Nouri avaient ainsi refait parler d'eux en occupant brièvement deux localités de l'extrême-nord du Tchad, à plus de 900 kilomètres au nord-est de N'Djamena. Avec leurs alliés du Rassemblement des forces démocratiques (RaFD), de la Concorde nationale tchadienne (CNT) et du Rassemblement national pour la démocratie et le progrès (RNDP), ils avaient occupé mi-janvier la localité frontière d'Adé, au sud d'Adré, avant de s'en retirer après plusieurs bombardements menés par des hélicoptères de l'armée tchadienne.


LEMONDE.FR avec AFP et Reuters

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans REBELLION
commenter cet article

commentaires

mehemet 09/02/2007 19:34

Tensions à la frontière soudanaise:
La video sur http://anr.typepad.com/
L'armée tchadienne est en alerte après le raid de jeudi effectué sur un village tchadien, une attaque menée selon Ndjamena par des éléments soudanais. Signe que le conflit du Darfour gagne un peu plus le Tchad.

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES