Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 13:53

 Les rebelles centrafricains sommés de signer l`accord de Syrte
(AngolaPress 02/03/2007)

COMMENTAIRES DE LA REDACTION:

Comment peut on imposer à un individu ex ou encore rebelle de négocier avec d'autres leaders rebelles pour ramener la paix en centrafrique...Quelle Honte !!!

La démocratie participative impose l'avis du peuple souverain pas conditionné ou torturé .

UN ASSASSIN OU VIOLEUR DOIT SANS AMBAGES PASSER PAR LA CASE DEPART: La PRISON DE ngarangba et traduit devant un tribunal populaire pour Ses actes de barbaries, rebellion,assassinat, viols et on en passe des meilleurs....

       "Il n'y a jamais de paix sans justice et de justice sans la paix "ALORS CESSEZ VOS BALIVERNES

 La signature des accords de syrte ne doit en aucun cas occulter la part du rêve de la population , celui de finir une fois de plus avec ce fléau qui gangrène notre pays:
 "les factions rebelles du nord "posent de serieux soucis à la nation toute entière.

La problématique voire équation à trois inconnues que se le peuple centrafricain prit toujours en otage par ces agissements est:

1-POURQUOI LES REBELLES SONT TOUS ORIGINAIRES DU NORD DU PAYS?

2-POURQUOI CES REBELLES SONT TOUJOURS LES EX PARTISANS DE NOTRE ACTUEL,PRESIDENT ET NOS EX-CHEFS-D'ETATS?

3-QUELLES SONT LES REELLES MOTIVATIONS ET CONVICTIONS DES REBELLES QUI LES POUSSENT A METTRE L'ECONOMIE DU PAYS SOUS PERFUSION?

4-QUELLE PUISSANCE SOUTIENT ET FINANCE TOUTES CES ACTIONS REBELLES ?

5)CES REBELLES DOIVENT LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE INDEMNISER LA POPULATION CENTRAFRICAINE MARTYRISEE

LA REDACTION CENTRAFRIQUE NEWS[/g]

Bangui, 02/03 - Le président centrafricain, François Bozizé, et le colonel Mouammar Khadafi de Libye ont demandé lundi au président du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC), Abdoulaye Miskine, de convaincre les autres chefs rebelles de signer à leur tour l`accord de paix signé le 2 février dernier à Syrte, en Libye, a appris la PANA de source officielle mercredi à Bangui.

Dans un communiqué de presse, le porte-parole de la présidence centrafricaine, Cyriaque Gonda, rapporte qu`au cours d`une rencontre de travail avec François Bozizé et Abdoulaye Miskine le 26 février dernier à Sabbah, en Libye, le leader libyen "s`est fermement inquiété que les éléments de l`Union des forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR) retenus en détention à Cotonou et dont M. Abdoulaye Miskine se dit être le chef d`état-major de la coalition, refusent et persistent à ne pas signer l`accord de paix proposé par le Guide et accepté par le général François Bozizé".

En conséquence, ajoute le communiqué, les deux dirigeants centrafricain et libyen ont "intimé très respectueusement à Miskine de prendre sa responsabilité afin d`aller vers ces autres rebelles et leur faire signer cet accord de paix, indispensable pour le retour de la sécurité et de la paix définitives en République centrafricaine".

En outre, conclut-il, Mouammar Khadafi a "sommé les rebelles, plus particulièrement ceux qui sont à Cotonou de faire de même, lui indiquant qu`ils prennent la responsabilité de ne plus bénéficier de la facilitation et de l`appui de quiconque dans la sous-région en se dérobant d`un engagement solennel aussi important censé apporter la paix dans la région toute entière et dans l`espace CEN-SAD.

Les mises en garde adressées par les deux dirigeants aux rebelles centrafricains interviennent un mois après la signature de l`accord de Syrte, qui prévoit notamment la cessation immédiate des hostilités et le cantonnement en territoire centrafricain des troupes du FDPC et de l`UFDR en vue de leur intégration dans les forces de défense et de sécurité ou dans la vie civile.


© Copyright AngolaPress

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES