Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 09:31
Voici le nouveau défi de la rébellion
(Le Courrier d'Abidjan 02/03/2007)


Si l’on est prêt à parier sur la sincérité de Guillaume Soro et de ses compères du MPCI, la main tendue du président Laurent Gbagbo constitue une aubaine en vue de promouvoir une dynamique de paix sur l’étendue du territoire ivoirien. Le porte-parole de la rébellion Sidiki Konaté ne cache pas la «volonté» de son mouvement de jouer franc jeu dans le nouveau round qui sera mis en place sous la facilitation du numéro un burkinabé. Il va jusqu’à dire que rien n'oppose fondamentalement les «anciens fescistes» au président Laurent Gbagbo. Avant même que le dialogue direct en qui ils fondent beaucoup d’espoir aboutisse, Guillaume Soro et ses camarades inscrivent déjà d’autres préoccupations à leur agenda.
Selon Sidiki Konaté, il sera organisé très bientôt une campagne pour la paix dans les zones occupées par la rébellion. Et à cette campagne seront associés, si l’on en croit le porte-parole de la rébellion de Bouaké, certaines personnalités considérées comme des caciques du camp républicain et, vice versa, de la rébellion. L’objectif étant de briser définitivement la glace de la méfiance et étendre toute l’autorité du chef de l’Etat sur l’étendue du territoire, en même tant qu’il sera permis au Premier ministre (qui sortira visiblement des rangs de la rébellion) de travailler librement au Nord comme au Sud, sans contrainte. Cette démarche vise à rendre progressivement inutile le «rideau de fer» constitué par les «forces impartiales».
A la fin de cette campagne pour la paix telle que pensée par les pontes du MPCI, le président de la République pourrait effectuer une visite à Bouaké où l’occasion lui sera donnée de parler à toute la Côte d’Ivoire. Sidiki Konaté et ses camarades à leur tour entrevoient une tournée à Gagnoa, particulièrement à Mama dans le village natal du chef de l’Etat ivoirien. Tout un programme. D’ailleurs, selon une confidence proche de la rébellion, l’aile politique du MPCI, appuyée par l’aile militaire, serait déjà en consultation avec certaines personnalités du bloc républicain et de la société civile pour rallier le prochain gouvernement dans le cas où la Primature leur reviendrait de droit au sortir des négociations de Ouagadougou. Des contacts sont également noués depuis Ouaga pour une représentation de la rébellion au sein de la Commission électorale indépendante, et de ses démembrements départementaux et locaux.

Saint-Claver Oula (Envoyé spécial à Ouagadougou)





© Copyright Le Courrier d'Abidjan

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans DIALOGUE NATIONAL
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES