Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 10:34
Mouammar Kadhafi: le colonialisme est toujours là
(RIA Novosti 02/03/2007)


TRIPOLI, 2 mars - RIA Novosti. Le colonialisme n'a pas disparu, les "milieux colonialistes" continuent de recourir à la force pour soumettre le monde, a assuré le dirigeant de la révolutionne libyenne, Mouammar Kadhafi.

Prenant la parole jeudi à Sebha dans le cadre de la célébration du 30e anniversaire de la proclamation de la Jamahiriya (Etat des masses), Mouammar Kadhafi a appelé les Libyens à se montrer vigilants parce que les "puissants de ce monde trament des complots".

"Vous devez rester prudents parce que vous vivez dans un pays où il y a du pétrole, d'immenses territoires et ressources naturelles, qu'ils veulent transformer en colonie", écrit l'agence nationale d'information JANA citant les propos du dirigeant libyen.

Le choix de Sebha comme lieu de célébration de l'anniversaire ne devait rien au hasard. Cette ville a une portée toute particulière pour les Libyens. On dit que c'est ici que s'était produite la "première étincelle" de la révolution de 1969. Cette "étincelle" passe pour avoir été la manifestation organisée en octobre 1961 par le futur leader libyen pour protester contre la séparation de la Syrie de la République Arabe Unie.

Sebha avait fait une nouvelle fois parler d'elle le 2 mars 1977. Ce jour-là le pouvoir du peuple avait été proclamé en Libye et le pays avait pris le nom de Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste. Le gouvernement, les partis politiques, le parlement et le poste de président avaenit été abolis. Le peuple pouvait réaliser son pouvoir par le biais des congrès populaires, des comités populaires et des syndicats.

Bien que possédant un pouvoir réel, Mouammar Kadhafi n'a pas de fonction officielle. Il est simplement appelé leader de la révolution libyenne.



10:18 | 02/ 03/ 2007

© Copyright RIA Novosti

Visiter le site de: RIA Novosti

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES