Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 20:10

LA RCA EST MAL PARTIE



La démocratie a été imposée aux chefs d'Etat de l'Afrique francophone au cours du sommet France-Afrique de la Baule par le Président François Mitterrand pour impliquer le peuple par le canal de la Représentation nationale dans la gestion du pouvoir.
En République Centrafricaine, la Constitution de 1995 puis celle de 2004 donnent la possibilité à l'Assemblée Nationale de contrôler l'exécutif. Le pouvoir exécutif doit aussi rendre compte au peuple.
En effet, lorsque l'on observe la tête froide les évènements qui ont marqué la République Centrafricaine depuis le 15 mars 2003 jusqu'à ce jour, on se rend compte que le parlement ne joue pas son rôle de contrôle et que l'Exécutif entretient la sous information.
Notre affirmation est fondée dans la mesure où le gouvernement a initié des réformes, signé des conventions avec des sociétés minières et forestières.
Parallèlement à ces réformes, le pays a été secoué par des crises au nord-ouest, au centre-nord et au nord-est. Nous n'écarterons pas les difficultés que l'Energie Centrafricaine (ENERCA) et la Société de Distribution des Eaux de Centrafrique (SODECA) ne cessent de rencontrer pour satisfaire leurs consommateurs.
Face à ces évènements, l'Assemblée Nationale n'a pas daigné effectuer un contrôle par le directoire pour mieux informer le peuple qui lui a confié une parcelle de sa souveraineté.
Le gouvernement n'a pas publié les résultats des réformes engagées, leurs impacts sur l'économie. Il en est de même pour les conséquences de leur fourniture irrégulière de l'électricité et de l'eau potable à un moment donné aux consommateurs.
Et pourtant, au sein du ministère de l'Economie, du Plan et de la Coopération Internationale, l'Institut Centrafricain des Statistiques et des Etudes Economiques et Sociales (ICASEES) ainsi que l'Unité de Recherches et d'Etudes Sociales (URES) à l'Université de Bangui peuvent bien aider le gouvernement à avoir des données sur le manque à gagner engendré par la fourniture irrégulière de l'eau et de l'électricité sur l'économie nationale et ses conséquences sur la population.
En encourageant la sous information autour des questions liées à la vie et à l'avenir du peuple, le gouvernement cautionne le sous-développement sans le savoir.


Lundi 12 Mars 2007
La Rédaction

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans BONNE GOUVERNANCE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES