Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 01:22
RDC
Tension à Kinshasa
L'armée congolaise et la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monuc) ont renforcé leur présence militaire aux abords des résidences de Kinshasa de deux ex-vice-présidents, invités à rendre leurs gardes rapprochées ce jeudi. Des dizaines de militaires des Forces armées de RDC (FARDC) et une douzaine de blindés de la Monuc étaient déployés dans la matinée autour des résidences des anciens vice-présidents Jean-Pierre Bemba, adversaire malheureux du président Joseph Kabila à la présidentielle de 2006, et Azarias Ruberwa.
Ces deux anciens chefs rebelles, qui ont combattu le régime de Kinshasa pendant la dernière guerre sur le sol congolais (1998-2003), ont refusé de se séparer des militaires affectés à leur sécurité pendant la période de transition politique et exigé de nouvelles négociations.

L'état-major des FARDC avait indiqué au début du mois que tous les soldats encore détachés auprès de ces personnalités devaient regagner leurs quartiers généraux à partir du 15 mars. Un décret pris en novembre fixe à 12 le nombre autorisé de policiers affectés à la garde des anciens vice-présidents.

Dans le secteur de la commune de la Gombe (nord) abritant les résidences des anciens vice-présidents, plusieurs commerces sont restés fermés ce jeudi, de même que l'école primaire française.

"J'espère qu'ils ne vont pas recommencer à se battre. Des journées comme celle-là, on ne vend rien et nos enfants ont le ventre vide le soir", a déclaré Joseph, fleuriste, en référence aux affrontements post-électoraux d'août et novembre 2006 entre FARDC et soldats de
M. Bemba, qui avaient fait une trentaine de morts à Kinshasa.

Devant les résidences de M. Bemba, des dizaines de ses gardes étaient installés sur des chaises ou patrouillaient, armés de Kalachnikov, à quelques mètres de soldats des FARDC.

"La Monuc a déployé un dispositif de dissuasion, par précaution, mais nous ne sommes pas inquiets. Il y a des discussions pour trouver une solution à ce problème politique", a déclaré le lieutenant-colonel Didier Rancher, porte-parole militaire de la Monuc.

Pour Thomas Luhaka, cadre du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba, "il faut continuer à discuter".
"Il y a eu un accord le 29 octobre entre les candidats du 2e tour de la présidentielle qui garantissait au perdant de l'élection une sécurité minimum. La sécurité de M. Bemba ne peut pas être garantie par 12 policiers. Nous sommes disposés à trouver un compromis, mais il faut que l'autre camp fasse un effort", a-t-il déclaré. "Notre plus grande inquiétude, c'est qu'il y ait un accrochage entre les militaires dans la rue. Ils ont des consignes strictes pour rester tranquilles, mais on ne peut jamais exclure un dérapage individuel".

Des sources sécuritaires occidentales estiment à 250 les gardes armés de M. Bemba dans ses résidences de la Gombe - sans compter des éléments disséminés dans les quartiers périphériques de Kinshasa - et à environ 120 ceux de M. Ruberwa.

Publié le 15 mars 2007.


Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans BONNE GOUVERNANCE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES