Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2007 6 07 /04 /avril /2007 13:45
Dossiers spéciaux
Sarkozy et l’Afrique
Le candidat à la présidentielle en France Nicolas Sarkozy a souhaité mercredi que "l'armée française reste au service de la sécurité de l'Afrique", précisant qu'il préférait que ces missions soient effectuées "sous mandat de l'ONU et de l'Union africaine" (UA).
Evoquant, lors d'une conférence de presse consacrée à la politique étrangère, la "question de nos bases militaires en Afrique", M. Sarkozy a noté que "leur présence est de moins en moins bien comprise par la jeunesse africaine".

"La première mission de ces bases, c'est d'aider l'Union africaine à construire une architecture de paix et de sécurité régionale qui permettra au continent de disposer d'un outil pour mieux assurer sa stabilité", a-t-il expliqué.

M. Sarkozy a appelé à cet égard à "réfléchir davantage aux moyens d'anticiper ces crises, aux moyens de les prévenir" avec l'UA, "partenaire incontournable". A ses yeux, "cela passe par le renforcement des capacités africaines de maintien de la paix, auquel la présence militaire française doit aider".

"Mais cette présence devra être limitée au strict minimum lorsque l'Union africaine se sera dotée d'une capacité stratégique et militaire" et sera apte à "rétablir elle-même la légalité internationale sur le continent", a-t-il insisté.

La France maintient quelque 10.000 soldats en Afrique et y dispose de cinq bases permanentes (Dakar, Libreville, Abidjan, N'Djamena et Djibouti). Paris a déployé 3.500 militaires sous mandat de l'ONU en Côte d'Ivoire.

Paris a lancé depuis plusieurs années un partenariat avec l'UA et veut adapter son dispositif militaire à la volonté de l'organisation africaine de créer une force de paix pour maintenir la sécurité sur le continent.
Evoquant le conflit du Darfour (ouest du Soudan), M. Sarkozy a déclaré qu'il y avait "urgence à agir". "Notre silence face au 200.000 morts du Darfour n'est pas acceptable", a-t-il dit.

Il a aussi affirmé que s'il était élu en mai prochain, la politique africaine de Paris ne serait plus fondées sur des relations personnelles privilégiées, dans une critique voilée des liens tissés notamment par le président Jacques Chirac avec des dirigeants contestés sur le continent noir.

Publié le 28 février 2007.

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE AFRICAINE DE LA FRANCE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES