Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2007 3 18 /04 /avril /2007 21:25

Du rififi dans le camp bozizéen autour du décès de Charles Hervé Wénézoui (C.A.P)

 

Bangui, 17/04/07 (C.A.P) – L’annonce du décès le 16 avril courant à Paris du secrétaire général de la présidence Charles Hervé  Wénézoui a fait à Bangui l’effet d’une bombe sur le clan bozizéen.

Sans chercher à s’informer sur les causes médicales ayant entraîné la mort d’une des têtes pensantes du clan bézambéen, quelques énergumènes de l’entourage de Bozizé se sont immédiatement mis en tête de rejeter sur le dos du directeur de cabinet de Bozizé, Jean Eudes Téya les raisons du décès.

Ce dernier mis au parfum des menaces sur sa personne a dû quitter son domicile dans la capitale pour se mettre à l’abri. Depuis, il ne peut même plus mettre pied à son bureau à la présidence de la République.
 

Les contradictions dans le camp bozizéen ont atteint un tel degré d’exacerbation que Jean Eudes Téya qui est officiellement le dircab de Bozizé ne détenait pas la réalité du pouvoir dans le cabinet présidentiel. C’était le défunt Charles Hervé Wénézoui qui était le véritable patron du cabinet présidentiel, faisant le beau temps et la pluie.

Depuis le déclenchement des ennuis de santé de ce dernier qui ont conduit à son évacuation en France au début de l’année 2007, le clan bézambéen accusait presque ouvertement le dircab Jean Eudes Téya de n’être pas pour rien dans ses problèmes de santé.

Avec Théodore Dabanga et Michel Koyt entre autres, Jean Eudes Téya fut un des créateurs de la Convergence KNK, instrument de propagande politique qui a permis au candidat François Bozizé d’être candidat et de prendre part à la mascarade électorale de 2005.

Les observateurs s’attendaient de voir Jean Eudes Téya prendre la direction de campagne de Bozizé mais c’est un outsider, Job Isima qui a été choisi. De même, contre toute attente, c’est Elie Doté que Bozizé a préféré nommer Premier ministre alors que presque tout le monde voyait Jean Eudes Téya.

Ce dernier qui a dû se contenter jusqu’ici que de lot de consolation quand bien même il fût nommé ministre d’état dans le gouvernement Elie Doté après l’investiture de Bozizé, doit garder quelque amertume quant à son engagement politique derrière Bozizé qui s’apparente de plus en plus à une pure et simple aventure ou un égarement.

Pour boucler la boucle et se faire un aperçu de l'ambiance qui règne dans la galaxie bozizéenne, le ministre d'état chargé de la communication Karim Meckassoua a quitté jeudi dernier Bangui pour Paris où il prétend se rendre pour des soins médicaux. Il n'en faut pas davantage pour qu'il soit soupçonné après son départ d'avoir fui et le clan est sur le qui-vive. Son domicile banguissois aurait même fait l'objet de fouille et serait à présent étroitement surveillé. La confiance règne

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans TRIBUNE GOUVERNEMENTALE
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES