Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 21:48
AFRIQUENEWS Actualité en Continu ACTUALITÉ AFRICAINE Menu QUI SOUTIENT LA COALITION REBELLE DU « SELEKA » ? Elle a enregistré des victoires écrasantes sur le terrain depuis deux semaines avec plus de 10 villes conquises aux mains des forces armées centrafricaines qui ne font pas le poids face à l’armada militaire des rebelles. La coalition « seleka » affiche désormais son ambition de marcher sur Bangui et de renverser le régime « démocratique » du Président François Bozizé. La psychose d’une révolution de Palais n’étant plus à écarter, il nous paraît judicieux de poser des questions judicieuses afin d’en savoir davantage sur les mains invisibles qui soutiennent la rébellion qui menace le pouvoir de Bangui ? A première vue, il ne s’agit que des rebelles « centrafricains » en désaccord avec les autorités politiques centrafricaines qu’elles accusent de ne pas remplir les obligations qui sont les leurs et contenues dans les Accords de paix signés avec les mouvements rebelles de l’UFDR, de la CPJP ou encore les recommandations du Dialogue politique inclusif tenus en 2008 dans la Capitale centrafricaine. A cela, il faut ajouter des revendications d’ordre subsidiaires ayant traits aux circonstances de la mort du Colonel Charles Massi, de Hassan Ousman, chef rebelle de la MNSP ou encore de feu Me Goungaye Wanfiyo, Président d’alors de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme ou encore, le fameux projet de modification constitutionnelle. Des revendications qui apparaissent comme des enchères pour le régime de Bangui qui devra élucider toutes ses situations. Mais mis à part lesdites revendications qui étouffent quelque peu le régime de Bangui qui affronte quotidiennement les enchères de l’Opposition démocratique plurielle, l’avancée des rebelles centrafricains inquiète au plus haut niveau. Quelle main se cacherait derrière les rebelles qui contrôlent à ce jour plusieurs villes centrafricaines ? Personne à ce jour nonobstant quelques personnalités centrafricaine, africaine ou internationales ne dispose de réponde juste à ce questionnement. Même le Chef de l’Etat tchadien, Idris Déby Itno, saisi par les rebelles aux fins d’une médiation avec le pouvoir de Bangui n’en sait plus. Sur la chaine de télévision alqarratv.com et répondant justement à la question des soutiens militaires de la coalition rebelle du « seleka » est resté évasif. En effet, le Chef de l’Etat tchadien affirme qu’il ne les connaît pas et les informations qu’il a font état de ce que ce sont deux chefs rebelles qui dirigent la « seleka » et qui veulent renverser le régime de Bangui. Si des Chefs d’Etats de notre sous-région ne connaissent pas véritablement ceux qui se cachent derrière cette rébellion qui veut absolument changer la donne politique au niveau central, où a-t-elle trouver toute cette logistique militaire qui donne le froid aux FACA et l’insomnie aux autorités politiques centrafricaines ? La fulgurante avancée des rebelles devrait faire réfléchir plus d’un car au risque pour nous de ne pas nous avancer sur un terrain que nous ne maîtrisons pas, il urge que la sous-région à laquelle appartient la République Centrafricaine fasse de son mieux pour démystifier les visages ou les mains invisibles qui soutiennent cette rébellion qui menace la quiétude des Centrafricains ? Dans un monde en perpétuelle mutation et où les islamistes et autres groupes menacent la quiétude du monde, il est impérieux de ne pas négliger la question centrafricaine pour ne pas faire face à des lendemains douloureux comme il en est le cas actuellement dans le Nord Mali. La République Centrafricaine, malgré sa position géographique reste à ce jour, un Etat membre de l’Organisation des Nations-Unies. Et à ce titre, l’ONU dont le credo demeure malgré tout la paix dans le monde entier se doit de se saisir de la situation qui prévaut en République du Centre Afrique. Car et comme le dit l’adage, mieux vaut prévenir que guérir. Et si on ne veut pas jouer aux pompiers, il est plus que jamais urgent que la communauté internationale prenne ses responsabilités pour inviter solennellement les deux parties à s’asseoir autour d’une table et de discuter. Cela permettrait aussi de se faire une juste idée sur les intentions cachées des pyromanes et autres mains invisibles qui soufflent le chaud et le froid à travers cette rébellion. Le peuple centrafricain en a assez marre et c’est ici et maintenant que la question de la consolidation de la paix dans cette partie du monde doit être inscrite à l’agenda de la communauté internationale, sinon, le reste ne sera que peine perdue. LE CONFIDENT About these ads Évaluez ceci :      Rate This Partager: Twitter Facebook3 Email Google +1 LinkedIn WordPress: J’aime Soyez le premier à aimer ceci. 29 décembre 2012Une réponse « Précédent Suivant » Poster un commentaire Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec * Nom * Adresse de contact * Site web Commentaire AFRIQUENEWS Actualité en Continu ACTUALITÉ AFRICAINE Menu QUI SOUTIENT LA COALITION REBELLE DU « SELEKA » ? Elle a enregistré des victoires écrasantes sur le terrain depuis deux semaines avec plus de 10 villes conquises aux mains des forces armées centrafricaines qui ne font pas le poids face à l’armada militaire des rebelles. La coalition « seleka » affiche désormais son ambition de marcher sur Bangui et de renverser le régime « démocratique » du Président François Bozizé. La psychose d’une révolution de Palais n’étant plus à écarter, il nous paraît judicieux de poser des questions judicieuses afin d’en savoir davantage sur les mains invisibles qui soutiennent la rébellion qui menace le pouvoir de Bangui ? A première vue, il ne s’agit que des rebelles « centrafricains » en désaccord avec les autorités politiques centrafricaines qu’elles accusent de ne pas remplir les obligations qui sont les leurs et contenues dans les Accords de paix signés avec les mouvements rebelles de l’UFDR, de la CPJP ou encore les recommandations du Dialogue politique inclusif tenus en 2008 dans la Capitale centrafricaine. A cela, il faut ajouter des revendications d’ordre subsidiaires ayant traits aux circonstances de la mort du Colonel Charles Massi, de Hassan Ousman, chef rebelle de la MNSP ou encore de feu Me Goungaye Wanfiyo, Président d’alors de la Ligue Centrafricaine des Droits de l’Homme ou encore, le fameux projet de modification constitutionnelle. Des revendications qui apparaissent comme des enchères pour le régime de Bangui qui devra élucider toutes ses situations. Mais mis à part lesdites revendications qui étouffent quelque peu le régime de Bangui qui affronte quotidiennement les enchères de l’Opposition démocratique plurielle, l’avancée des rebelles centrafricains inquiète au plus haut niveau. Quelle main se cacherait derrière les rebelles qui contrôlent à ce jour plusieurs villes centrafricaines ? Personne à ce jour nonobstant quelques personnalités centrafricaine, africaine ou internationales ne dispose de réponde juste à ce questionnement. Même le Chef de l’Etat tchadien, Idris Déby Itno, saisi par les rebelles aux fins d’une médiation avec le pouvoir de Bangui n’en sait plus. Sur la chaine de télévision alqarratv.com et répondant justement à la question des soutiens militaires de la coalition rebelle du « seleka » est resté évasif. En effet, le Chef de l’Etat tchadien affirme qu’il ne les connaît pas et les informations qu’il a font état de ce que ce sont deux chefs rebelles qui dirigent la « seleka » et qui veulent renverser le régime de Bangui. Si des Chefs d’Etats de notre sous-région ne connaissent pas véritablement ceux qui se cachent derrière cette rébellion qui veut absolument changer la donne politique au niveau central, où a-t-elle trouver toute cette logistique militaire qui donne le froid aux FACA et l’insomnie aux autorités politiques centrafricaines ? La fulgurante avancée des rebelles devrait faire réfléchir plus d’un car au risque pour nous de ne pas nous avancer sur un terrain que nous ne maîtrisons pas, il urge que la sous-région à laquelle appartient la République Centrafricaine fasse de son mieux pour démystifier les visages ou les mains invisibles qui soutiennent cette rébellion qui menace la quiétude des Centrafricains ? Dans un monde en perpétuelle mutation et où les islamistes et autres groupes menacent la quiétude du monde, il est impérieux de ne pas négliger la question centrafricaine pour ne pas faire face à des lendemains douloureux comme il en est le cas actuellement dans le Nord Mali. La République Centrafricaine, malgré sa position géographique reste à ce jour, un Etat membre de l’Organisation des Nations-Unies. Et à ce titre, l’ONU dont le credo demeure malgré tout la paix dans le monde entier se doit de se saisir de la situation qui prévaut en République du Centre Afrique. Car et comme le dit l’adage, mieux vaut prévenir que guérir. Et si on ne veut pas jouer aux pompiers, il est plus que jamais urgent que la communauté internationale prenne ses responsabilités pour inviter solennellement les deux parties à s’asseoir autour d’une table et de discuter. Cela permettrait aussi de se faire une juste idée sur les intentions cachées des pyromanes et autres mains invisibles qui soufflent le chaud et le froid à travers cette rébellion. Le peuple centrafricain en a assez marre et c’est ici et maintenant que la question de la consolidation de la paix dans cette partie du monde doit être inscrite à l’agenda de la communauté internationale, sinon, le reste ne sera que peine perdue. LE CONFIDENT

Partager cet article

Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans REBELLION
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES