Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 22:59
Depuis l arrivée du président Bozizé au pouvoir le centrafricain espérait vaincre le syndrome des mutineries et tentatives de coup de force. on se souvient que les précédents chefs d' état ont été renversés pour avoir mal géré Des révoltes voire mécontentements de la jeunesse. cette révolte est elle politisée? Ou simple réactivité d une jeunesse Désespérée à qui on a miroité depuis 50 ans un avenir meilleur? La crise politique,sociale et institutionnelle du pays pose une problématique sécuritaire Entre l affaire Ndoutingaï etla révolte des jeunes il faut croire que le spectre de l ivoirisation Plane dans l air Banguissois. Et pourtant de nombreuses aides arrivent de partout pour permettre à notre pays de sortir de Sa régression sociale. Que nous réserve les jours à venir? Affaire à suivre....
Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans POLITIQUE
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 03:35
Marine Le Pen : « Ma politique ne vise pas les étrangers mais les politiques d’immigration » Entretien avec la candidate du Front national à la présidentielle française MARDI 17 AVRIL 2012 / PAR FOUÂD HARIT Marine Le Pen, qui aujourd’hui prône une stricte régulation de l’immigration, avait déclaré en 2011 que la France a « un grand intérêt à dialoguer avec l’Afrique dans le respect de notre histoire commune et de nos intérêts réciproques ». Selon elle, la participation active de l’Europe au développement de l’Afrique permettra de desserrer l’étau migratoire qui « nous menace et permettra aux deux continents de vivre leurs identités propres dans la paix, la sincérité et la prospérité ». Dans cette interview exclusive, Marine Le Pen explique à Afrik.com comment la France devrait se comporter vis-à-vis de l’Afrique. Elle donne par ailleurs son point de vue sur la politique adoptée par le candidat-président Nicolas Sarkozy, notamment en Côte d’Ivoire et en Libye. Née le 5 août 1968 à Neuilly-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, Marine Le Pen, de son vrai nom Marion Anne Perrine Le Pen, avocate de profession, est aujourd’hui candidate à l’élection présidentielle française de 2012. Elle est, depuis le 16 janvier 2011, la présidente du Front national (FN). Afrik.com : Que pensez-vous de la politique que mène Nicolas Sarkozy en Afrique et des décisions qu’il a prises au sujet de la Libye et de la Côte d’Ivoire durant son mandat ? Marine Le Pen : Elle s’inscrit dans la droite ligne de ses prédécesseurs qui vise à faire ou à défaire les gouvernements africains dans les bureaux de l’Elysée et de se donner ainsi l’apparence de la puissance. On l’a vu dans l’affaire ivoirienne où l’ingérence de Nicolas Sarkozy dans les affaires d’un Etat souverain, a fait passer la France pour une puissance coloniale, ce qu’elle n’est plus depuis 1960 et a alimenté le ressentiment d’une partie de la population à l’encontre de notre pays et de nos ressortissants présents en Côte d’Ivoire. On le constate aujourd’hui en Libye où l’interventionnisme militaire irréfléchi a contribué à faire tomber un dictateur pour porter au pouvoir des islamistes tout aussi opposés à la démocratie et au respect des droits de l’homme. Il n’appartient pas à Nicolas Sarkozy ni à la communauté internationale de « choisir » les dirigeants de la Côte d’Ivoire, de la Libye ou de tout autre Etat africain mais aux Africains et aux Africains seuls de décider leur avenir. Afrik.com : Qu’est-ce que l’Afrique évoque pour vous et quels sont vos rapports avec le continent ? Marine Le Pen : Nous avons une histoire particulière avec le Continent africain en tant qu’ancienne puissance coloniale, des liens culturels forts symbolisés par la Francophonie et la nécessité, je le crois, d’engager un dialogue constructif de nation souveraine à nation souveraine, dans le respect réciproque et la prise en compte (...) des intérêts de chacun. Les Etats et les peuples africains doivent comprendre que dans un monde globalisé sans frontières ni repères, guidé par le seul ordre marchand et le mercantilisme destructeur des identités, la Nation demeure le seul espace politiquement, culturellement et économiquement protecteur. Lorsque le Front National défend la souveraineté de la Nation française, il se fait le porte-parole de toutes les Nations. Afrik.com : La jeunesse des pays africains ne supporte plus les relations incestueuses générées par la Françafrique. Comment comptez-vous redorer l’image de la France auprès de ces jeunes africains si vous êtes élue ? Marine Le Pen : La politique qui consistait à faire fi de la volonté populaire en choisissant les dirigeants africains a vécu. Ces relations obscures et ces réseaux d’influence ont souvent débouché sur la corruption et les scandales financiers qui ont éclaboussé tous les pouvoirs de la Ve République. La Françafrique est perçue par les opinions françaises et africaines comme une pompe à fric à usage exclusif d’un cercle restreint de dirigeants et d’initiés. Cette page trouble des relations franco-africaines doit être définitivement tournée. Afrik.com : La situation au Mali, suite au putsch du 22 mars dernier, se détériore un peu plus chaque jour. La région de l’Azawad a été proclamée indépendante par les Touareg du Mouvement de libération nationale de l’Azawad (MNLA) dans la nuit du jeudi 5 au vendredi 6 avril. Qui sont les premiers responsables de cette situation et quel avenir a ce pays, selon vous ? Marine Le Pen : J’ai été la seule à mettre en garde la communauté internationale contre l’intervention militaire en Libye qui portait les germes d’une déstabilisation de toute la région sahélienne en proie au terrorisme islamiste. Il est bien évident que la circulation d’une quantité importante d’armes modernes a été une aubaine pour les groupes fondamentalistes qui sévissent dans la région et qui ont pris part à la guerre civile libyenne. La politique du va-t-en-guerre a été pour le moins irresponsable alors même que les autorités maliennes mais également mauritaniennes font face depuis des mois à des opérations terroristes menées par les hommes d’Al Qaïda au Maghreb islamique. La communauté internationale aura réussi le tour de force d’instaurer le chaos et l’anarchie en Libye mais également dans toute la région. Le retour à un pouvoir civil au Mali devrait clarifier la situation. Il appartient désormais à la CEDEAO d’appuyer les autorités maliennes dans leur volonté de combattre le terrorisme islamiste et de faire respecter le principe d’intangibilité des frontières. « J’ai exprimé à plusieurs reprises ma confiance dans la grande majorité des Français musulmans » Afrik.com : Vous entendez diminuer l’immigration en France, voire même « inverser les flux » comme vous l’avez précisé au Congrès de Tours en janvier 2011. Pourquoi pensez-vous que l’immigration a un effet négatif sur le marché de l’emploi en France et creuse le déficit de la protection sociale ? Marine Le Pen : Ma politique ne vise pas les étrangers mais les politiques d’immigration qui ne sont une chance ni pour les pays d’immigration ni pour les pays d’émigration. Dans un pays qui compte 5 millions de chômeurs, plus de 8 millions de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté, où 36% de nos compatriotes ne peuvent pas se soigner correctement et où nos comptes publics sont dans le rouge, nous n’avons plus les moyens d’assumer le poids financier et le traitement social de l’immigration notamment clandestine ou sanitaire. Si ce n’est au détriment de nos propres compatriotes et des étrangers qui se sont assimilés Afrik.com : Un audit de la politique d’immigration, paru en mai 2011, révèle que si les immigrés « coûtent » annuellement 47,9 milliards d’euros en dépenses de protection sociale, ils rapportent 60,3 milliards en cotisations. Quelles conclusions en tirer, selon vous ? Marine Le Pen : Cette étude qui est d’ailleurs la seule à émettre de telles conclusions n’est pas sérieuse et a été contredite par nombre d’audits réalisés par des experts indépendants qui évaluent le coût de l’immigration entre 36 et 60 milliards d’euros. Pour ne prendre qu’un exemple, la seule Aide médicale d’Etat qui est accordée aux clandestins a coûté au contribuable français 640 millions d’euros en 2011. De même, les crédits consacrés au droit d’asile sont passés de 296 millions d’euros en 2011 à 376 millions pour 2012. Si l’immigration avait réellement un impact positif sur l’économie française, pourquoi n’accueillerait-on pas sans conditions des millions d’étrangers chaque année ? Afrik.com : Vos meetings, surtout en ce moment, sont énormément axés sur l’Islam, à l’image de celui de Bouguenais en Loire-Atlantique. Il y a là un risque de stigmatisation des Français musulmans et des étrangers musulmans, et ce, même si vous affirmez vouloir le contraire. Vous souhaitez un « islam de France » auquel serait appliqué une stricte laïcité. Qu’est-ce que cela signifie ? Marine Le Pen : Je ne stigmatise personne et j’ai exprimé à plusieurs reprises ma confiance dans la grande majorité des Français musulmans qui vivent leur religion dans la sphère privée et sont respectueux des lois de la République. Je ne suis pas une adversaire des religions. Je respecte les gens qui ont une foi quelle que soit cette foi. Je défends la laïcité qui permet à chacun de vivre sa foi dans la sphère privée. Elle marque l’impartialité, la neutralité de l’Etat envers toutes les religions. C’est ce principe fondateur de notre République qui a assuré la paix civile et notre cohésion nationale qu’il importe de préserver. Et c’est ce que j’entends faire, face aux pressions communautaristes exercées par des groupes politico-religieux que j’aimerais voir plus souvent dénoncés par le CFCM.  Afrik.com : Mohamed Merah a permis à Nicolas Sarkozy de se replacer sur le thème de la sécurité et de l’islam radical, mais beaucoup de mystères planent encore sur ce drame surtout après les déclarations de l’avocate de la famille Merah qui parle de manipulation de la part des services secrets français. Quelle est votre analyse ? Marine Le Pen : S’il existe des zones d’ombre dans cette affaire qu’il conviendra d’éclaircir, ce n’est tout de même pas les services secrets français qui ont armé Mohamed Merah et l’ont poussé à commettre un carnage. C’est une idéologie totalitaire, ce que j’ai appelé le fascisme vert, qui aujourd’hui constitue une réelle menace dans notre pays. Il reste un fait indéniable, c’est que si le Front National avait été au pouvoir, Mohamed Merah n’aurait pu semer une telle terreur car il ne serait pas devenu français automatiquement comme le prévoit aujourd’hui le droit du sol et il aurait été expulsé vers son pays d’origine en raison des 15 condamnations que compte son casier judiciaire.
Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans POLITIQUE
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 18:08
Le Mouvement citoyen CA SUFFIT COMME CA s'indigne de l'assassinat de Jean Louis Coulon à Libreville et s’inquiète de la montée de l’insécurité à Libreville même dans les quartiers les plus sécurisés de la capitale. :: COMMUNIQUE TRANSMIS POUR DIFFUSION A LA RÉDACTION DE KOACI (contact@koaci.com):: Une nouvelle victime dans la politique incestueuse franco-gabonaise ! Depuis le mercredi 28 mars, un ressortissant français Jean Louis Coulon au service de la Présidence de la République Gabonaise a été retrouvé mort dans son véhicule à l’intérieur de la « cité de la démocratie » de Libreville. Pourtant, après la Présidence de la République, c’est le second site de grande mobilisation de la Garde Républicaine. Or, selon nos sources, ce sujet d’origine française aurait été assassiné à l’intérieur de cette cité. De toute évidence, ce scandale ressemble étrangement à un règlement de compte à l’intérieur des réseaux du système mis en place par le pouvoir d’Ali Bongo et de la FrançAfrique. Pourtant, depuis sa prise de pouvoir au Gabon, Ali Bongo a semblé prendre certaines mesures qui visaient à lutter contre l’insécurité au Gabon et plus précisément à Libreville, à l’image de cette mesure qui consiste à fermer les débits de boisson à 22h. La ville de Libreville ressemble à une ville assiégée tant les contrôlent des forces de défense sont monnaie courante. Comment alors expliquer ce crime crapuleux intervenu à l’intérieur de la cité de la Démocratie, hautement surveillée par la garde républicaine, corps d’élite des forces de défense au Gabon ? Comment expliquer la montée croissance des assassinats et crimes dans notre pays depuis l’arrivée au pouvoir d’Ali ? Le peuple Gabonais dans son ensemble, à travers le mouvement « ça suffit comme ça » interpelle le pouvoir gabonais dans son ensemble au regard de l’insécurité grandissante, sachant que personne n’est à l’abri de ces criminels entretenus par le pouvoir en place. Par ailleurs nous sollicitons des autorités gabonaises et françaises toute la lumière sur ce crime odieux afin que les coupables répondent de leurs actes et que cette enquête ne souffre d’aucune ambiguïté et d’aune ingérence politique comme c’est le cas souvent dans notre pays. Encore du sang versé du fait du terrorisme politique et les acteurs de ces actes sont parfois les premiers à s’ériger en consolateurs. Le mouvement « ça suffit comme ça » demande aux acteurs politiques franco-gabonais de mettre un terme aux crimes odieux et les invite à faire la promotion d’une politique véritablement humaine. Que cache cet assassinat en plein milieu de la campagne résidentielle française ? Plus que jamais, les peuples gabonais et français ont droit à la vérité. Ali Bongo et Sarkozy devraient faire toute la lumière sur ce qui apparaît bien ici comme un assassinat. Fait à Libreville, le 4 avril 2012 Le mouvement citoyen gabonais « Ca suffit comme ça » Contacts Presse : Libreville : Georges Mpaga : Tel : +241 07519932 - E-mail : gmpaga@yahoo.fr Paris : Bruno Ondo Mintsa : Tel : +33631603900 - E-mail : ondomib@yahoo.fr
Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans POLITIQUE
commenter cet article
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 02:24
Il y a fort longtemps, les dirigeants Africains parvenaient accidentellement au pouvoir et pouvaient piller, torturer voire liquider physiquement leurs opposants sans crainte de passer un jour devant la cour pénale Internationale. Les dictateurs Africains avec la bénédiction de la Francafrique bénéficiaient d une immunité qui leur peettait de se maintenir 10 à 40 ans au pouvoir ce temps là est révolu et les donnes ont changé depuis que l ex URSS n' est us que l ' ombre de lui même. La nouvelle géopolitique avec la venue de la Chine et les différentes crises dans le monde notamment en Afrique ont forcé la main aux pays détenteurs du droit de véto à l ONU de clarifier et d' édicter des nouvelles règles de bonne gouvernance conditions siné qua non du maintient des dirigeants Africains au pouvoir. De Idi amine en passant par Bokassa, Mobutu,senghor,khadafi et aujourd 'hui la révolution rose( arabe) le peuple Africain a compris que son destin était entre ses propres mains. On ne peut mentir tous les jours à son peuple sous prétexte que seul le président actuel peut maintenir la cohésion sociale et amener la paix dans son pays. Le comble de l'ironie c est que les 99% de chefs d' 'Etats Africains n ont jamais fait de déclaration de patrimoine et qu 'en si peu de temps ils sont tous devenus des mtl millionnaires au détriment de leurs peuples clochardisés et paupérisés nonobstant de multiples richesses minières et pétrolifères. Depuis quelques années on assiste à une vilaine danse de canards. Certains chefs d'états plongés dans l obscurantisme et le désir de prolonger indéfiniment leur mandat Se livrent à des exercices de contorsionniste allant jusqu'à violer la constitution pour se représenter une trois voire quatrième fois. Le cas flagrant de M.wade ce grand intellectuel qui était l 'un des tous priers à demander le départ de khadafi pose une interrogation sur la lucidité de nos présidents Africains omnibulés par les sun light du pouvoir. L'égocentrisme et leur égo démesurés ne permettent l 'éclosion d'un opposant capable de leur tenir tête. Les violations de droits de l hommel ainsi que la circulation des biens sont pluriquotidiennes. Sommes nous tous condamnés à assister aux tristes sorts reServés à GBAGBO et Khadafi pour que nos dirigeants comprennent enfin que le pouvoir use et qu il faut savoir le quitter à temps Affaire à suivre Depuis mon iPhone 4s I
Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans POLITIQUE
commenter cet article
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 02:17
Tous les centrafricains ont applaudi le renversement de Patassé par des libérateurs. Le gouvernement d' union nationale mis rapidement en place avec la bénédiction du doyen ngoumba Abel et certains hommes pitiques véreux ont eu pour mission d' empocher d' énorme fonds et aides post crises, un montant que notre pays depuis l indépendance n a jamais perçu.Que sont devenus ces fonds et aides aujourd hui.? Dans les pays dits démocratiques la cour des comptes dans un travail de transparence vérifie, contrôle et donne des recommandations, qu en est il de notre pays et de la gestion de tous ces fonds? Que fait l assemblée nationale déjà accusée de détournement voire corruption? Que font les partis politiques qui dans leur mutisme ont fagocité la capacité et le poids nécessaires à l équilibre démocratique d' un pays? La peur de recevoir des fessées à l instar de BENDOUNGA ou de se retrouver à la SRI font craindre aux leaders politiques le pire. Aujourd hui il faut l émergence d' une nouvelle vague de jeunes technocrates, gestionnaires,politologues, sociologues, etc.... Pour le renoncer centrafricain C est pourquoi je demande à tous les jeunes premiers qui ne sont que des 2ème ou 3ème couteau de prendre le pouvoir par une révolution interne dans vos partis respectifs Car il est temps d' agir, nous devrions transformer les choses ....souvenez vous chaque homme est fils de son temps Réagissez amis ,frères ,compatriotes chaque homme est fils de son temps Observatoire centrafricain de la bonne gouvernance
Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans POLITIQUE
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 16:09

logo_ocbg1-1-2.gifQui a dit que la démocratie africaine est une parfaite réussite?

 

Véritable miroir aux alouettes la démocratie Africaine n'est que le reflet de notre état d'être.

Comment expliquer l'inexplicable ? Pourtant le Hold up de GBABO était prévisible.

 

Encore une fois l'épervier GBABO s'est déjoué du piège que lui tendaient les instances insternationales.

 

 Les sondages réalisés par les services spéciaux infiltrés à Abidjan et Bouaké  donnaient Alassane vainqueur de ces élections.

 

La leçon que l'obsersvateur Africain averti va retenir de ces élections se résume en un seul mot:

 

LA HONTE ! ! !

 

Pourquoi avoir dépensé des millions pour en arriver au même résultat:

 

Que peut on retenir du programme de l'O.N.U : La démobilisation, le désarmement, et l'insertion ?

 

La R.C.A qui n'est pas passée par la phase démobilisation, désarmenent, et Insertion va t'elle réussir sans anicroches son examen de passage prévu le 23 janvier 2011?

 

En tout cas d'après une autorité des nations unies la situation ivoirienne fait craindre le pire, c'est à dire la contagion en afrique et de surcroît en Centrafrique

La rédaction

 

 

Repost 0
Published by CENTRAFRIQUE OPINION - dans POLITIQUE
commenter cet article
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 18:42

Les rumeurs circulant sur le détournement par le neveu du chef de l'état  d'une bonne partie des fonds collectés dont l'optique du financement du programme"DDR" désarmement, démobilisation et reinsertion sèment le doute dans les sphères diplomatiques.

Les élections Présidentielles de 2010 ne peuvent avoir lieu sans le démarrage réel du programme "DDR"

Suite à l'annulation totale de la dette extérieure de ce pays, resté très longtemps dans la zone rouge des "PPTE",Alors que tous les feux sont au vert et l'espérance d'une nouvelle ère centrafricaine se dessine à l'horizon des Présidentielles de 2010.... Les vieux démons de midi Centrafricains  refont surface,...

DIANTRE !!! LE CIEL SERAIT IL TOMBE SUR LA TÊTE DE NOS RESPONSABLES POLITIQUES ?
Comment expliquer que depuis tout ce temps,  il n'y a pas eu d'évolution dans la mise en application de la feuille de route post Dialogue Politique Inclusif (DPI) .

Toutes les instances  compétentes mises en place après le DPI  se plaignent de manque de financement .
La commission Indépendante dont le président une certain Pasteur a été désigné par le chef de l'état lui même, n'a pas de locaux pour l'organisation de ses reunions....

Le groupe rebelle de BEDAYA NDJADDER vient de claquer la porte au DDR et ça crépite toujours à N'DELE avec les éléments de MASSI .

Comment, pouvons nous accepter de sauter les différentes  étapes d'un véritable processus de paix tout en sachant que sans ce processus l'avenir,la stabilite politique et la paix sont hypothéqués.

Acceptez vous , ô peuple centrafricain longtemps opprimé par la mal gouvernance de tes dirigeants de replonger dans un nouveau chaos ?

Combien de partis politiques et rebelles attendent juste pour contester les résulats des élections afin de pousser BOZIZE à la mise en place d'un autre gouvernement de large union Nationale....

affaire à suivre...
par  BOMA LI BOTO


 

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 01:32

CONVOCATION DE LA REUNION DE KNK

 

(section de Bordeaux)

 

 

Une réunion de crise aura lieu à Talence :

 

Le Dimanche 08 novembre 2009 de 14h30  à 17h30

 

Cette réunion sera placée sous la supervision de :

 

Madame Solange PAGONENDJI NDAKALA Vice Pdte du bureau provisoire

 

Monsieur Claude LENGHA rapporteur

 

L’adresse de la salle ainsi que les plus amples informations vous seront communiquées ultérieurement.

 

 

Ordre du jour :

 

 Compte tenu d’une profonde crise qui mine le fonctionnement de son bureau du fait des agissements de son  actuel Président le nommé Monsieur Emmanuel MANGOT :

- refus répété de convoquer des réunions et la tenue d’une assemblée générale en dépit de l’insistance du comité de base KNK,

 

- indisponibilité pour des raisons inavouées.

 

- Refus de coopérer avec certains responsables du bureau pour de motifs limite tribaux…

 

Le Bureau politique a confié à ces deux personnalités, actuellement en mission en République Populaire de Chine, un mandat pour la mise en place du bureau définitif.

 

 

Pour le bureau exécutif,

 

Le 1er Vice Président Casimir M’BILO

 

 

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 15:04

Koyambonou lâche Patassé: ainsi sonne le glas politique de l'Ange
>
>
> Déclaration du bureau politique suite aux propos de Ange-Felix PATASSE
> Redacteur Chef
> 13/01/2009 10:20 pm
> Suite à une Interview donnée sur Radio Ndékè-Luka à Bangui, par Ange Felix PATASSE, le dimanche 28 decembre 2008, le Bureau Politque tient à retablir la verité par le present communiqué
> Déclaration relative aux contre-vérités du camarade Ange Félix PATASSE
>  
> Le Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC) a suivi sur les ondes de la Radio Ndékè-Luka, le Dimanche 28 Décembre 2008, la déclaration dénuée de tout fondement du camarade Ange Félix PATASSE, suspendu de toute activité par le Congrès Ordinaire du 23 Juin 2007 et qui s'est auto proclamé Président Fondateur du MLPC et qui selon lui serait créé à Bambari en 1962.
> Cette déclaration lunatique qui n'engage que son auteur et ses adeptes qui se prévalent de leur appartenance ethnique, tribale et régionale, participe de la crise interne provoquée et entretenue depuis fort longtemps par ceux-ci.
> Il importe de rappeler que le juge des référés et le Tribunal de Grande Instance de Bangui ont rendu et séparément dans cette affaire deux décisions de rejet de la requête comme mal fondée, décision de rejet confirmée par la Cour d'Appel de Bangui le 19 Décembre 2008.
> Suite à cette crise interne qui a engendré le dysfonctionnement du Parti, le Ministre de l'Intérieur a instruit la direction du MLPC par lettre n° 037/MICSP/CAB du 8 Août 2006 à l'effet de convoquer un Congrès Ordinaire prévu par les textes organiques aux fins de mettre un terme aux dissensions qui empoisonnent la vie politique nationale.
> Ainsi, le troisième Congrès Ordinaire de Juin 2007 a été convoqué de commun accord avec toutes les tendances exprimées et validé par le Ministère de l'Intérieur.
> Point n'est besoin de préciser la participation massive de tous les organes du Parti de l'intérieur et de l'extérieur.
> Le camarade Martin ZIGUELE a été élu démocratiquement, Président du MLPC, pour un mandat de trois ans conformément aux dispositions des Statuts et Règlement Intérieur en vigueur avec la première mission de conduire le Parti aux élections de 2010.
> Il est inadmissible et incompréhensible que le camarade Ange Félix PATASSE pourtant suspendu de toute activité pour indiscipline par le Congrès, organe-suprême du MLPC, puisse se targuer de la qualité de Président Fondateur du Parti comme seule personne habilitée à convoquer un Congrès, alors qu'il n'a présentement pas la
> légitimité.
> Il est aussi impensable et ridicule que le camarade Ange Félix PATASSE torde le cou de l'histoire en s'auto proclamant Président Fondateur du MLPC alors que toute la classe politique, y compris la population de la OUAKA connaissent les vrais Fondateurs de ce Mouvement créé dans la clandestinité le 22 Février 1979 à BANGUI, au quartier Ben-Zvi sous la paillote du camarade Francis Albert OUAKANGA, dont l'objectif était de combattre la dictature de BOKASSA 1er que le camarade PATASSE a accompagné dans le durcissement de son pouvoir dictatorial contre la population pendant plusieurs années.
> L'actuel Bureau Politique, conformément au 1er Congrès Ordinaire du MLPC tenu à Bangui en 1995 et présidé par le camarade Ange Félix PATASSE, Congrès au cours duquel l'historique de ce Parti a été fait et adopté, affirme avec certitude que le MLPC a été créé non pas en 1962 à Bambari par le camarade PATASSE mais, à BANGUI, sous l'Empereur BOKASSA 1er le 22 Février 1979 par :
> - PAMATOU PAMOTO Paul
> - MAZETTE Jacquesson (actuel 2è Vice Président du MLPC)
> - OUAKANGA Francis Albert
> - KOSSI BELLA Denis
> - BALEZOU Abdel Aziz
> En considération de cette réalité politique historique, le Bureau Politique du MLPC, conduit par le camarade Martin ZIGUELE, Président élu démocratiquement par le 3ème Congrès Ordinaire de Juin 2007, ne saurait cautionner de tels mensonges qui discréditent et déshonorent son auteur.
> Le Bureau politique du MLPC, résolument engagé pour la liberté, la justice, le progrès et la démocratie :
> - Demande à la Communauté Nationale et Internationale de ne pas se laisser abuser par cette plaisanterie de mauvais goût ;
> - Appelle tous les militantes, militants et sympathisants à demeurer sereins, vigilants et à resserrer les rangs du MLPC pour la victoire en 2010.
> Par ailleurs et conformément aux Statuts, au Règlement Intérieur et à la décision de suspension du camarade Ange Félix PATASSE adopté par le 3eme Congrès Ordinaire de Juin 2007, le Prochain Conseil Politique National (CPN) du MLPC se prononcera définitivement sur son cas.
> Pour le Bureau Politique
> Le 1er Vice Président
> Gabriel Jean Edouard KOYAMBOUNOU
> www.lemlpc.net

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 03:45

LES VRAIES RAISONS DE LA NON PARTICIPATION D'ANDRE KOLINGBA AU DIALOGUE INCLUSIF

LE Général André KOLINGBA n'est pas un lascard ou un retardé mental, c'est un fin stratège qui avait déjà préparé le terrain via internet, en annoncant sa non participation au dialogue inclusif du 5/12/2008 à Bangui.


Comme aimait le dire"PASCAL" tout est calcul....dans ce microcosme fin de citation


Notre général a bien tiré profits de l'expérience précédente des derniers dialogues inter-centrafricains ou la théatralisation des faits et gestes de nos politiques dont l'optique d'un coming back et du partage du fromage pourri  avait atteint son degré de paroxysme.


Un spectacle ubuesque  d'une rarissime intensité en bouffonnerie comme ils( les assassins,crimels économiques,vendeurs de rêves et pilleurs de la nation centrafricaine, ceux là même qui depuis 50 ans, monopolisent le pouvoir en accentuant  le degré de paupérisation du peuple)savent le faire deant , les micros et caméras:

 VERSER DES LARMES DE CROCODILES ET   DEMANDER LE PARDON ...QUEL PARDON A QUI ? ET POURQUOI ?  

Au lendemain de ce grand rendez-vous des invectives du genre "PARDON DU SERPENT A DEUX TETES" fusent sur les ondes de la radio nationale....

ET HOP NOUS VOILA REPARTI ENCORE POUR UN TOUR DE REBELLION...DE CRISE POLITIQUE,
INSTITUTIONNELLE,SOCIALE...ETC...


Quant à notre cher Général prétextant de son état de santé, a su déjouer le spectacle que lui reservait notre Ange NOIR (PATASSE) revenu au pays pour empocher comme le général sa pension d'ex chef d'état.


La deuxième explication de texte de l'absence du général au dialogue était due à l'insécurité plus que cela à la densité de son message lu par le sécrétaire de son part le RDCdans lequel, le général exige une TRANSITION CONSENSUELLE DEMOCRATIQUE.


Que veut dire cette expressivité? Le général comme le représentant des forces vives "UFVN" par le biais de Me POUZERE ont réclamé la démission du Chef de l'ETAT pour violation de la constitution, ce qui a fait sursauter tous les membres du KWA NA KWA dans l'hémicycle.

BOZIZE démissionnera t'il? En tout cas, faut pas trop rêver car à quelques mois des prochaines échéances présidentielles de 2010 et de surcroît lorsque l'on prend de bonnes habitudes de se servir des caisses de l'état  et les honneurs de la fonction qui s'y attachent, il devient difficile de lâcher prise....

Lucé Raymond BOMONGO
Objecteur de conscience politique
 

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans POLITIQUE
commenter cet article

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES