Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2007 6 04 /08 /août /2007 10:08
LU POUR VOUS

24 Juillet 07- POURQUOI OMAR BONGO ONDIMBA REFUSE DE RECEVOIR LA DEFUNTE CMAP RESSUSCITEE

Suite au conciliabule qui a réuni le chef de l'Etat gabonais et son homologue tchadien à Libreville en avril 2007, l’ancien président du GUNT (Gouvernement d’Union Nationale de Transition, dans les années 80), Goukouni Weddeye, s’est vu assigner la mission de rassembler l’opposition tchadienne de la diaspora dans la capitale gabonaise en vue de trouver un protocole d’accord pour la paix au Tchad. Le mandataire de cette mission, mal organisé et entouré d’une équipe dont les motivations principales se bornent plus à la résolution de leurs problèmes personnels et particuliers que ceux du Tchad en général, s’est vu retrouver avec tous les membres de la défunte CMAP ressuscitée pour l’occasion. Tous les anciens membres de ladite organisation, vouée à l’échec dans un passé récent, se sont retrouvés discrètement et de façon officieuse dans la capitale gabonaise autour de Goukouni Weddeye. Après avoir passé plusieurs jours à parler de « commissions » et de « postes » à responsabilité autour d’un « présidium » à l’effigie de la conférence nationale de 1993, les anciens membres de ce qu’était la CMAP ont fini par accoucher de quelques « résolutions » consignées dans un document dénommé « les résolutions de Libreville.» Ils ont ensuite souhaité être reçu par le président Omar Bongo Ondimba afin de les lui soumettre pour qu'il les transmette au président tchadien. Leur demande a reçu une fin de non recevoir de la part du chef de l’Etat gabonais qui leur reproche de ne pas avoir informé tous les belligérants du conflit tchadien afin de venir prendre part à cette rencontre.

Les Tchadiens savent pourquoi les organisateurs de cette rencontre n’ont pas été à même d’annoncer les tenants et aboutissants de leurs retrouvailles au Gabon. Le président gabonais s’est attendu à une rencontre globale réunissant tous les mouvements rebelles armés ainsi que toute l’opposition tchadienne de la diaspora. Or, dans le cadre des préparatifs de ce qui va être la « randonnée de Libreville », les organisateurs ont commis la grosse erreur de détourner à leur propre profit la rencontre qui était destinée à l'origine pour rassembler l’opposition tchadienne de la diaspora dans sa globalité à Libreville, aux frais de l’Etat gabonais. Quelle ne fut l’ire de Omar Bongo Ondimba à l’idée de voir de nouveau ressurgir les mêmes membres d’une organisation qui a montré ses limites dans un passé encore récent ! Ainsi, face aux mécontentements du président gabonais, nombre d’entre les participants se sont éclipsés de peur de subir les « imprévisibilités » de l’hôte lésé. Las de rentrer, une bonne partie est restée encore sur place comme pour faire perdurer le suspens. Parmi eux d’autres encore se vantent d’être «partis à Libreville » sans être capables de dire comment ils y sont allés et à quels frais. Avec surtout une baliverne qui frise l’ignominie. Mais aussi en contradiction avec la consigne donnée (qui est: la garde sous secret - sermonnée de tout ce qui devait se passer sur place) par les organisateurs d’un côté puis en se perdant en conjectures de l’autre, à travers de « communiqués de presse » entonnant comme d’habitude la monotonie d’un discours de style moyenâgeux.

Tandis qu’à quelques centaines de kilomètres de là, une autre conférence dite de l’opposition est en train de se préparer. Celle-là a l’aire crédible car elle est en train de se préparer en toute transparence et avec de la circonspection. C’est depuis plusieurs mois déjà qu’elle est annoncée. Ses organisateurs n’ont pas eu maille à partir avec le Département d’Etat américain qui en supporte toutes les charges. Prévue en effet pour les 25, 26 et 27 août 2007 à Cotonou au Bénin, cette conférence va se tenir en trois jours et doit « réunir toute l’opposition tchadienne sous ses deux formes.» Voulue par un parrain incontesté, cette conférence perçue dores et déjà par nombre d’analystes comme la « conférence de la dernière chance », a toutes les chances de s’inscrire dans les annales de l’histoire. Le pouvoir tchadien semble approuver les démarches de l’alliance ADR / UPTRN, son organisatrice. Lesquelles démarches ambitionnent de déboucher sur des trouvailles dont l’objet reste la recherche de la paix par le dialogue et non par les armes. Ces démarches font également l’objet d’une approbation sans réserves de tous les inscrits, vu le nombre sans cesse croissant des participants. Dans quelles conditions la conférence de Cotonou va-t-elle pouvoir se dérouler ? Abordera-t-elle toutes les questions sans tabou ? Est-ce qu’elle va poser les jalons d’un Tchad nouveau qui enterrera de façon définitive la hache de la guerre ? Tous les enjeux de cette conférence seront vus à la loupe par le journal Tchad-Info (Alwihda) qui la couvrira de bout en bout avec des analyses, des reportages, des interviews et une retransmission en direct depuis la capitale béninoise.

M. A. KEBIR

Partager cet article

Repost 0
Published by BOMONGO Lucé Raymond - dans PARTIS POLITIQUES
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

A VOS PLUMES